Menu

L’année où je ne retournerai pas sur les bancs d’école

On en vient au temps de l’année où le vent se fait plus frisquet, où les journées raccourcissent, où la cueillette des petits fruits tire à sa fin et où tout le monde revient à son quotidien post-vacances. À ce moment-ci de l’année, depuis les vingt dernières années de ma vie, j’étais excitée à l’idée de commencer une nouvelle année scolaire.

Revoir mes amies qui étaient retournées vivre chez leurs parents pour l’été. Planifier l’entièreté de mes cours et me promettre encore une fois que cette année, je serai CETTE fille organisée et à son affaire. Me rendre compte une semaine plus tard que je suis toujours cette étudiante un peu à la dernière minute sans trop d’organisation.

Le mois de septembre était synonyme de magasinage à la papeterie pour refaire ma collection de crayons et de post-it. J’ai toujours trouvé que la rentrée des classes avait une odeur particulière, que les corridors bondés de gens un peu égarés et l’enthousiasme des autres à l’idée de se retrouver avaient quelque chose de rassurant.

Retour à l'école
Source

Cette année, c’est différent. C’est la première année où je ne retournerai pas sur les bancs d’école. C’est le début de la fin de mes rabais étudiants, des fameux 5 à 7 et des horaires irréguliers. C’est aussi le commencement de quelque chose de gros qu’est la vie d’adulte. Il y a un peu de nostalgie à voir les multiples publicités concernant la rentrée scolaire, les étudiants revenir en ville et l’effervescence que cela crée dans les cafés du coin qui pourtant, il y a quelques semaines à peine, étaient vides.

Tout cela est un vif rappel que cette routine de vie ne m’appartient plus. C’est aussi accepter de laisser aller une petite partie de mon identité, celle à laquelle je m’associe depuis près de 10 ans. Je l’avoue, j’aimais bien le rythme de la vie scolaire; l’étude jusqu’à tard le soir, les partys étudiants, le chialage sur les plans de cours trop chargés, le statut de stagiaire, les moments de procrastination entre colocs… Toute cette vie, même si parfois elle nous paraissait pénible et ô combien stressante, était tout de même bien appréciée.

Même si ce blues m’envahit parfois, ma vie post-études comporte aussi ses petits bonheurs. Par exemple, j’ai dit à dieu à ce sentiment de culpabilité qui m’assaillait à chaque moment que je prenais pour moi plutôt que pour la lecture scientifique. Je profite maintenant pleinement de mes fins de semaine et arrive même à réintégrer certains loisirs ayant été remisés par manque de temps.

Cette année, je ne retourne pas sur les bancs d’école. Cette année, j’apprivoise une tout autre routine qui, au bout du compte, est le résultat des dernières années de ma vie. C’est le résultat de tout l’investissement et des efforts herculéens mis dans mon éducation, menant ainsi à l’aboutissement de ce début de carrière, de cette vie d’adulte.

Septembre 2019, c’est l’occasion pour moi d’être fière de toutes ces années passées sur les bancs d’école. C’est, aussi, le moment de m’approprier et d’intégrer un nouveau qualificatif à mon identité.

Agenda
Source

Source photo couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de