Menu

Habiter dans un autre pays

Depuis maintenant 4 semaines, j’ai troqué Montréal pour Londres. J’ai troqué les cônes orange pour les signes « Mind the gap » sur le plancher du métro. J’ai troqué Justin Trudeau pour un homme à la chevelure un peu trop Trumpienne à mon goût.

Depuis maintenant 4 semaines, j’apprivoise mon nouvel environnement.

J’essaie de démystifier l’humour anglais (true story : j’ai l’air sotte beaucoup trop souvent à essayer de rattraper l’humour). J’essaie de changer mes réflexes de base, comme regarder à gauche et non à droite pour traverser la rue (ma vie en dépend). J’essaie de comprendre pourquoi 80% des Anglaises ont les lèvres trop refaites.

C’est un ajustement. C’est certain.

Je me rappelle comment, il y a quelques semaines, je ressentais des vagues de stress. Des vagues de peur. J’avais peur de ne pas pouvoir être assez forte pour cet ajustement. Je me disais que ça allait être dur. Que j’allais avoir de la difficulté à me trouver un emploi. Que j’allais avoir de la difficulté à me faire des ami.es.

Après tout, c’est un peu se jeter dans le vide.

Perdre ses repères.

Être obligé.e d’en créer de nouveaux.

Comprendre une nouvelle carte de métro (25x plus complexe que celle de Montréal).

Ça fout la chienne, oui.

Mais aujourd’hui, 4 semaines plus tard, j’aime rire par moment de ces périodes d’incertitude. Parce que dans le fond, ce n’est pas aussi épeurant que ça.

Oui, il y a encore des épisodes de panique. Des moments de questionnement. Oui, c’est un ajustement. Et oui, on s’ennuie de sa zone de confort.

Mais habiter dans un autre pays, c’est aussi se lever tous les matins en étant émerveillé.e par son nouvel environnement. Voir la vie avec des lunettes roses. Profiter réellement de chaque instant, et savourer les petits plaisirs de la vie.

C’est sourire en permanence lorsque tu es assis.e au deuxième étage d’un double-decker et que tu vois la ville des Spice Girls défiler sous tes yeux.

 

C’est se dire que dans le fond, tout va bien aller. Et tout va déjà tellement bien.

Crédit photo : Benjamin Davies, Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de