Menu

Les jeux du cœur

Il fut un temps où j’étais en couple, pis il fut le temps où je l’étais pu. Mais comme on dit, les débuts se cachent dans les fins. Si bien qu’après quelques mois, j’ai arrêté de pleurer pour découvrir le rocambolesque monde du célibat.

C’est avec un enthousiasme presque euphorique que j’ai vécu mes premières rencontres avec des garçons. Toujours pour le fun, mais jamais sans un petit side de douceur pour combler le manque d’affection qui me tenaille encore malgré tout. Sa main dans mon dos comme un souffle sur mes braises…

J’avais don’ du fun. J’comprenais pas les gens fatigués de dater. Comment peut-on se lasser de s’amuser?

Aujourd’hui, j’vois bien que c’est parce que j’avais pas encore développé un vrai de vrai crush. Le genre de crush qui te procure un petit nuage permanent de bonheur. Je me suis surprise à sourire à grandes dents en marchant vers le travail, à n’écouter que des chansons candides, à gambader le soir en revenant chez moi en partant du pub où j’ai l’habitude de passer le temps.

Une fois, on a regardé les étoiles couchés sur le toit de mon appart avec une petite bouteille de vin. Si ça, ça t’éclot pas les papillons, j’pense que t’es juste pas dû pour en avoir. C’est correct. On est tous un peu perdus dans le chaos de ces étoiles à quelque part.

L’affaire, c’est qu’au moment où tu réalises que t’es attaché à quelqu’un, y’est trop tard pour reculer. Rendu là, t’es condamné à être triste quand ça va finir, donc autant y aller all in.

Parce que dans le fond, la seule façon de ne pas perdre aux jeux du cœur, c’est de faire en sorte que ça ait valu la peine. On peut-tu vraiment être gagnant autrement dans ces affaires-là?

J’veux pas être cynique. Mais combien se pensent vainqueurs avant de se faire crisser là du jour au lendemain? Combien se pensent safe avant de se faire planter un couteau dans le dos?

J’veux pas être cynique. Mais j’suis quand même un peu triste. Le problème avec les petits nuages de bonheur, c’est qu’ils finissent par te pleuvoir dans’ face.

J’suis un peu fatiguée. Mais les débuts se cachent dans les fins, qu’ils disent. Et moi, j’ai toujours aimé les jeux.

Source photo couverture : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de