Menu

Ma mère va avoir 50 ans

Je sais pas comment tu vois la vie, toi, mais ma mère va avoir 50 ans. J’ai 26 ans. Si t’es meilleur.e que moi en math, tu réalises qu’elle m’a eu à 24 ans. M’imagines-tu avec un enfant de 2 ans en ce moment? I mean, j’ai escaladé 15 mètres la semaine passée, pas attaché. En plus, je suis très loin d’être dans un semblant de relation qui me permettrait ça. T’es-tu déjà senti.e comme moi? Of course, t’as pas escaladé pas attaché.e, t’es clairement plus équilibré.e que moi.

C’est fou, la pression sociale que l’on vit. L’espèce de chemin non dit qu’on est tous et toutes censé.e.s suivre, en théorie. Je suis censé, selon la société, être propriétaire (check), faire assez d’exercice pour ne pas engorger le système de santé, me reproduire, placer des REER et donner de l’argent à l’UNICEF à l’Halloween. On s’entend, si ton kid est assez cute, il va en avoir de l’argent, mais je sais pas, on dirait que j’ai l’impression d’être en retard des fois.

Je ne suis pas en désaccord avec tout ça. Il y a une grande partie de ça dont j’ai envie. On ne m’a juste pas avisé au secondaire que ça pouvait être aussi chaotique. Je pense qu’on vit tous et toutes cette pression-là à un moment ou à un autre. Que ce soit quand tes amis se marient ou quand ta grand-mère à Noël te demande pourquoi y’a personne avec toi juste avant de demander à ton cousin quand il compte avoir un enfant avec sa blonde. C’est le moment où on a une petite boule dans la gorge et où on se demande où va notre vie. Un peu comme quand t’as pris une bière de trop au bar et que tu te mets à avoir une réflexion profonde sur ta vie, jusqu’au moment où tes amis amènent un plateau de shooters. Un genre de coït interrompu.

C’est à ce moment-là que je me demande si je suis heureux ici et maintenant. C’est là que je réalise que d’être pas attaché, ça me rend heureux. Qu’au fond, mon condo est bien assez grand pour moi pis mon ego. Ma tranquillité, le matin en me levant, me convient. Je réalise que d’avoir des rêves, ça nourrit mon quotidien et ça me fait avancer. C’est correct que toi aussi tu te sentes comme ça. C’est correct que tu te sentes confronté.e toi aussi des fois. Oublie jamais de te concentrer sur ce qui te rend vraiment heureux.euse. Ce qui te nourrit. Parce qu’au fond, tout vient à point à qui sait attendre.

« What’s meant to be will always find a way. »

– Trisha Yearwood

Crédit photo de couverture : Jonathan Savard

One thought on “Ma mère va avoir 50 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de