Menu

J’aurais besoin que tu me dises

J’aurais besoin que tu me dises que tu es fier de moi, que tu me vois aller, que tu me vois devenir une personne épanouie. J’aimerais t’entendre dire que je t’impressionne, en partant des obstacles surmontés jusqu’aux rêves plutôt excentriques qui grandissent en moi.

J’aurais besoin que tu me dises que tu me trouves belle, que ce soit avec ou sans maquillage. Que ce soit lorsque je mets un petit plus pour avoir l’air radieuse, mais aussi quand je feel pour passer la journée en mou, avec du linge beaucoup trop grand pour moi.

J’aurais besoin que tu me dises que tu croies en moi, que tu seras à mes côtés pour m’épauler peu importe les décisions que je compte prendre. Que tu sois d’accord avec moi ou non. Que tu aies préféré autre chose pour moi ou non.

J’aurais besoin que tu me dises que je te fais rire. Avec mes jokes plates, mes jeux de mots auxquels je ris avant même d’avoir terminé. Avec mon regard fuyant qui trahit mes jeux de mots.

J’aurais besoin que tu me dises que tu penses à moi des fois. Que ça t’arrives de t’ennuyer. Que tu aimerais me voir plus souvent. Que t’apprécies le temps passé avec moi.

J’aurais besoin que tu me dises tout ça, j’aurais besoin de savoir que tu m’aimes et que je compte pour toi. J’en aurais besoin, mais, au fond, je sais ce dont j’ai encore plus besoin.

J’ai besoin de me donner à moi-même tout ce que je voudrais que tu me donnes.

J’ai besoin d’arrêter de chercher à plaire aux autres et apprendre à me plaire à moi-même.

J’ai besoin de me dire que je suis fière de moi, fière de la personne que je vois aller, fière de la personne épanouie que je deviens. Je m’impressionne, depuis les obstacles surmontés jusqu’aux rêves plutôt excentriques que je nourris.

Je me trouverai belle, que ce soit au naturel ou avec ce petit plus que je peux parfois porter pour avoir l’air un peu plus radieuse.

Je crois en moi. Peu importe les décisions que je prends. Celles dont certains douteront autant que pour celles qui feront l’unanimité.

Je me fais rire. Avec mes jokes plates dignes de “jokes de papa”. Avec mon rire qui me gêne. Avec mon regard fuyant qui annonce la blague poche.

Je n’aurai plus besoin de savoir que tu t’ennuies de moi pour savoir ce que je vaux. Ou si je vaux quelque chose.

Je le sais.

Source : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de