Menu

Sauver l’environnement un enfant à la fois?

J’ai récemment lu un article sur le site web du Magazine Véro (ils ont vraiment de bons articles scientifiques d’ailleurs!) et je suis restée bouche-bée. L’article s’intitulait « Pas d’enfant pour préserver l’environnement? », alors ça vous donne déjà une bonne idée de ma réaction derrière l’écran. J’étais ébahie. Personnellement, j’essaie de faire attention à mon empreinte écologique et je suis plutôt consciencieuse de mes achats, mais je ne pensais jamais qu’un enfant avait un impact aussi important sur la Terre. En effet, selon l’article paru le 26 juin dernier, un enfant représente 60 tonnes de déchets! C’est énorme! Je dirais même effrayant! 

C’est donc avec l’article en tête que j’ai démarré un débat avec quelques écrivain.es du blog et voici quelques réponses que j’ai reçues: 

«De mon côté, le choix de ne pas avoir d’enfants est devenu très clair en 2019. J’y pensais depuis un bon moment, je me suis longtemps trouvée extraterrestre vu que la société nous fait croire que devenir mère est la plus belle chose qui soit. Je me sens toujours mal de répondre que mon choix est en lien avec le fait que je n’ai pas envie de mettre au monde un enfant dans le monde actuel. J’aime ma vie et je vis beaucoup de gratitude au quotidien, mais le mur dans lequel on se dirige est frappant! La planète souffre beaucoup trop. Ma meilleure amie m’a même déjà dit que je ne devrais pas avoir d’enfants, même si je me sentais égoïste de ce choix. Elle m’a même répondu : « Non, au contraire, moi je suis égoïste d’en vouloir un à tout prix ». -Rebecca

«Oui, avoir un enfant engendre une consommation qu’on ne fait pas sans en avoir, mais il y a moyen de faire attention (couches lavables, vêtements et objets de seconde main, produits faits maison, limiter les achats et cadeaux, etc.). Personnellement, j’ai revu mes habitudes de vie depuis que j’ai un bébé : entre autres, je ne surconsomme plus et j’achète local et durable le plus possible. Conscientiser nos enfants sur les enjeux et les outiller pour innover et trouver des solutions… ce sont là des priorités et un juste milieu selon moi raisonnable. Il reste encore beaucoup de beauté dans notre monde, et c’est peut-être dans le fait de le faire découvrir à un enfant que les solutions se trouvent.» -Catherine

«J’avoue m’être déjà servie de cet argument alors qu’une végane me harcelait parce que je consomme de la viande (acheter local et dont je connais l’élevage). Je lui ai lancé genre : « Ben regarde, toi t’es végane, moi j’ai pas d’enfant, chacun ses choix et son cheminement! »» -Mylaine

«Quand j’aborde le sujet enfants/environnement avec les autres, en général, on me fait sentir comme étant fataliste, pessimiste, froide. Moi, je préfère dire que je vois clair.» -Sarah

«D’après moi, si la planète est sauvée, ce sera grâce à ces humains-là, que l’on élève maintenant, et dans les prochaines années à venir. Les adultes d’aujourd’hui ont beaucoup de difficulté à changer leurs habitudes même si la situation est alarmante. Donc, je crois qu’ils font partie de la solution, tout en étant une part du problème.» -Emmanuelle

Pour en revenir à l’article, Florence Dujoux, l’auteure, mentionne que faire des actions consciencieuses pour l’environnement, autant écolo que l’on puisse être, auraient le même poids que le fait de refuser de procréer. Malheureusement ou heureusement, nous faisons partie d’une société où la maternité est sacrée et où les femmes qui refusent d’avoir des enfants se font percevoir comme « pas prêtes » ou encore « égoïstes ». De plus, si cette même femme a le malheur de dire qu’elle a pris cette décision pour l’environnement, elle est perçue comme une folle. 

Et toi, Crépue, qu’en penses-tu? Est-ce que l’environnement est plus important pour toi que le besoin d’être mère?

Source : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de