Menu

Cher temps, attends-moi, j’arrive

Cher toi,

Cela fait longtemps que l’on se côtoie pourtant j’ai le sentiment que l’on se connaît pas. On joue un peu au chat et à la souris toi pis moi. On se cherche, on se fuit. Tu es à la fois ce vieil ami et ce meilleur ennemi.

Je passe mon temps à te courir après et toi, tu me joues des tours de passe-passe et tu files à toute allure. Finalement, tu me rattrapes dans mes songes. En démon de l’ennui, tu t’introduis dans mes nuits et nourris mes insomnies à coup de réflexions faussement existentielles ou carrément futiles. Tu défiles dans mes pensées et t’agrippes au passé. Lui, tu ne le laisse pas filer. Tu me colles à la peau mais te dérobes sous mes mots à l’instant où je te touche du doigt.

Tu joues les paradoxes. Tu es, tour à tour, nostalgie et espoir, regrets et rêves. Tu peux être rapide comme l’éclair et lent comme l’enfer.

Tu es l’aliénant allié, la prison et les clés. Tu es assassin. Tu emportes avec toi bien plus que « le rire des enfants et les mistrals gagnants »…

Tu es guérisseur. Tu cicatrises les blessures du cœur et de l’âme comme personne. À l’unique condition que l’on accueille ta flamme. Que l’on croie en toi, que l’on te fasse confiance.

Tu es passé pas toujours simple dont il faut se départir. Tu es futur antérieur ou conditionnel au bonheur. Tu es avenir incertain en ton for intérieur. Tu es à venir et déjà parti. Mais tu oublies le plus important. Tu oublies bien trop souvent d’être présent. Pourtant, c’est seulement à ce moment précis que tu deviens plus que parfait. Que tu peux être vrai!

Tu ne peux qu’être subjectif et tu te dois d’être impératif. Il faut te saisir, t’attraper au vol, te vivre pleinement.

Alors attends-moi, j’arrive… Laisse-moi embarquer dans ton vaisseau, flirter avec tes zones spatio-temporelles, naviguer dans tes eaux troubles. Laisse-moi te polir à ma façon. Si je ne peux t’arrêter dans ta lancée, je peux décider comment te piloter. Je peux définir comment te perdre pour mieux te retrouver. Parce que le plus important n’est pas ce que je suis mais ce que j’ai choisi d’être. Tu es mon reflet, mon oxygène. Tu es mon voyage, mon moyen de locomotion et ma destination. Crime, tu es mon histoire, mon épopée! Parce que tu es ici et maintenant. Tu es mon temps et tu es précieux.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de