Menu

Lettre d’amour végane

Chère végane,

Toi qui crois en un monde meilleur où l’exploitation n’existe pas, où tous les êtres vivants ont des droits universels, où les êtres humains ne dominent pas les autres animaux, mais vivent plutôt en harmonie avec eux. Toi qui as conscience de la crise écologique à laquelle nous faisons face et qui sais que l’un des meilleurs moyens pour réduire son empreinte écologique est d’adopter le véganisme. Toi qui luttes contre les différentes formes d’oppression et qui es au fait que l’exploitation animale est liée à l’exploitation humaine.

Toi qui milites dès que tu le peux pour convaincre ton entourage de se joindre à toi ou qui fais ta petite affaire parce que si tout le monde faisait comme toi, il n’y en aurait pas, de spécisme. Toi qui cherches toujours de nouveaux arguments et de nouvelles stratégies marketing pour que le véganisme soit plus populaire ou toi qui tentes de déconstruire ce mythe de la végane agressive qui shame les gens sur les os broyés dans le sucre de leur cupcake.

Toi qui travailles dans un restaurant végétalien qui se prétend végane, mais qui refile son compost à la porcherie la plus proche et qui tentes d’expliquer à ta gérante pourquoi ce n’est pas végane. Toi qui travailles dans une boutique de linge pour payer tes factures alors que ton rêve serait de travailler dans une réserve faunique en Bolivie. Toi qui travailles dans une cuisine collective et qui tentes de semer des graines de véganisme ici et là, parce que le véganisme est accessible même aux plus défavorisé.e.s. Toi qui travailles comme suppléante dans une commission scolaire depuis huit ans sans jamais avoir un poste.

Toi qui manges ta sixième portion de pâté chinois aux lentilles devant le dernier épisode de This Is Us ou qui dégustes le jambon de seitan de la cuisine de Jean-Philippe avec ton amoureuse dans un souper aux chandelles. Toi qui grignotes des barres tendres en allant porter les enfants à la garderie ou qui manges froid en ignorant le chialage de ton fils. Toi qui ris jaune aux moqueries de la belle-famille quand tu apportes ton lunch ou qui salues les efforts de ta grand-mère pour végétaliser sa fameuse bûche de Noël.

Toi qui avoues honteusement avoir « triché » la veille ou qui es tellement fidèle à tes convictions que tes amies t’appellent la gourou du véganisme. Toi qui as abandonné l’idée de convertir ton chum ou qui es végétalienne seulement à la maison.

Toi qui en fais tant plus que ben d’autres pis qui se culpabilises d’avoir acheté la mauvaise sorte de crème glacée, même si tu l’as rapportée dès que tu t’en es rendue compte. Toi qui contribues activement à un monde meilleur et qui fais de ton mieux, mais qui voudrais tant faire plus. Toi qui te décourages quand ton frère se ressert des tacos carnés au souper du dimanche.

T’es fantastique.

C’est dur, être végane. T’as des idéaux révolutionnaires et tu fais ton possible pour t’en rapprocher. Mais tu vis dans une société problématique à pleins de niveaux, notamment en matière de spécisme, de capitalisme et de pollution, et ça te fait douter de toi, même quand tu crois dur comme fer à tes valeurs.

Que tu n’aies jamais consommé de produits d’origine animale de ta vie ou que tu en consommes tous les jours, à mes yeux, ce qui compte, c’est ce que tu as dans le cœur. Si tu te regardes toi-même, que tu te demandes si tu fais de ton mieux et que la réponse est oui, ben c’est le plus que tu peux donner pis c’est ça l’important.

C’est normal que tu te décourages, que tu sois déçue, que tu sois blessée. T’es marginale, à t’ouvrir les yeux sur l’éthique animale et environnementale dans un monde où l’aveuglement volontaire est le loisir par excellence. Le monde te le remet dans’face plus souvent qu’à ton tour, que t’es pas comme les autres. Ton existence est une preuve que leur croyance que c’est trop difficile d’être végane est erronée. Ça les dérange, de savoir que c’est possible d’être une meilleure personne. Ça leur rappelle qu’iels en font moins que ce qu’iels pourraient.

Mais laisse pas la société te faire croire que t’es pas sur le bon chemin. Donne-lui pas ce pouvoir-là sur ta prise d’action au quotidien. Une personne bien sage m’a déjà dit que l’acte le plus militant qu’on puisse faire, c’est de s’aimer soi-même. Alors aime-toi, chère végane, comme tu aimes les animaux et la planète. Continue de faire du monde un monde meilleur.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de