Menu

Le stress des premières dates

19h30, mon rouge à lèvres dans une main, mon séchoir à cheveux dans l’autre et le cœur qui pompe à 100 miles à l’heure.  Je suis all over the place, des vêtements partout sur mon lit, des traces de maquillage sur mon évier et mes lunettes perdues je ne sais où dans mon appartement.  Je regarde l’heure, damn it, je vais encore être en retard pour celle-là. Je croise les doigts, j’espère que le gars ne sera pas trop ponctuel cette fois-ci. 

Je suis trop stressée… Il faut que je me calme. J’appelle ma meilleure amie, lui envoie une photo de mon outfit, lui demande de me raconter sa journée pour me distraire. Ah, pis de la marde, je vais prendre deux ou trois shooters de rhum épicé pour me détendre.  Je ne sais pas pourquoi je stresse, je ne l’ai jamais vu ce gars-là. Une autre de mes nombreuses conquêtes qui va probablement finir par m’ennuyer après 30 minutes parce qu’il me parlera de sports ou des débauches qu’il a déjà faites avec ses amis… Et si je voulais plus moi? Plus que connecter avec quelqu’un à cause des choses peu recommandables qu’on a faites auparavant dans nos vies, comme trop boire un vendredi soir chez notre meilleur ami. Suis-je la seule qui ai vécu cette situation trop de fois ? 

L’anxiété d’un premier rendez-vous est inévitable. On veut bien paraître, être apprécié.e ou juste ne pas se sentir rejeté.e. Après la majorité de mes dates, c’est moi qui finis par mettre fin à l’échange parce que je vois mal la pertinence de continuer. Je me sens mal chaque fois pour la personne qui me démontre de l’intérêt. Et là je me questionne… Est-ce que tout ce dating en vaut vraiment la peine ? Je stresse beaucoup trop avant la rencontre pour me retrouver après à ne pas savoir où me mettre, parce que non, je n’ai pas envie d’embrasser Jérémie, 25 ans, travailleur autonome et bien comique selon sa maman. 

Est-ce que c’est ça en 2019 trouver quelqu’un qui nous correspond? Une série d’essais et erreurs parsemée de stress et de questionnements? Parce que quand je ne rencontre personne, on me dit que je devrais si je ne veux pas vieillir à 70 ans avec des chats comme seule compagnie. J’ai des petites nouvelles pour ceux qui me font ce commentaire :  jokes on you, parce que je suis grandement allergique aux félins. Je suis une fière représentante du dicton « vaut mieux être seule que mal accompagnée. » You know what? Au final, je suis bien à l’aise avec ça : pas de pression, juste du fun pis du love.  J’ai appris difficilement pendant les dernières années que l’appréhension et le stress d’un début de relation, ÇA NE SERT À RIEN! Sois toi-même, Honey! Les bonnes personnes finissent toujours par se mettre sur ton chemin et, crois-moi, quand elles le font, c’est calme, c’est beau et c’est énergisant. C’est une fébrilité qui, au final, est beaucoup plus exaltante que la dernière fois où, à 19h30, t’avais ton rouge à lèvres dans une main et ton sèche-cheveux dans l’autre ! Respire…Tout finit toujours par se placer le moment venu.

Source : Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre