Menu

Retomber en amour avec Le Croquembouche

Je me souviens de quand j’étais plus jeune et qu’on allait au Croquembouche avec mes parents, chercher des croissants et du pain et y manger des sandwichs à la dinde pour dîner. Je raffolais du pain aux bananes de cette boulangerie-pâtisserie. J’ai littéralement grandi avec ce commerce dans mon quotidien. À force d’aller y acheter la même chose, le même jour de la semaine, au même endroit, aux mêmes personnes… on finit par s’attacher. C’est sans doute ainsi que, entre saisons et saveurs, j’ai pris pour acquis que ce charmant endroit ne changerait jamais. Imaginez donc mon affolement quand un changement de propriétaire a eu lieu, l’automne passé.

-PANIQUE-

La liste d’interrogations encourageant mon sentiment de déroute lors de cette transition est trop longue pour être citée ici, mais l’une d’entre elles prévalait : « Que vais-je devenir sans mon pain aux bananes? »

Source photo Croquembouche

Ici, pas de panique

Lorsque le George V, service de banquets et traiteur, a repris le Croquembouche, la nouvelle équipe a méticuleusement choisi de continuer d’offrir une grande partie des produits auparavant disponibles. Cependant, il s’est avéré à propos de bonifier et adapter la recette de certains pour le mieux. Sandra Brassard, gérante du Croquembouche, me précise que l’équipe tient vraiment à cœur de privilégier la production sur place à partir d’ingrédients locaux. Le Croquembouche s’inscrit donc avec cohérence et actualité dans le cycle de consommation réfléchie et écoresponsable. Acheter ici, produire ici, vendre ici… et possiblement, manger ici!

Du plus que frais

Désormais, une présentation à la fois épurée et esthétiquement alléchante propose des produits d’une fraîcheur presque déstabilisante. On oublie parfois le vrai goût des choses. Comparez un bleuet décongelé à un bleuet fraîchement cueilli, et vous pourrez rapidement vous rattacher cette idée : il n’y a rien comme le goût d’un aliment frais et local. Nicolas Bartolletti, chef pâtissier, mentionne qu’il privilégie des productions calculées afin d’assurer la qualité et d’éviter le gaspillage. La fraîcheur étant donc prédominante dans la vision culinaire, il est facilement remarquable que le goût et la texture des produits du Croquembouche sont fabuleux. Du croustillant, du fondant, du moelleux – de quoi satisfaire les habitués et les curieux.

Source photo Croquembouche

Un lunch avec ça?

Le fait de pouvoir se procurer rapidement et efficacement un dîner n’est pas toujours évident. Retrouver ce goût « fait maison » sans pour autant se ruiner peut être tout un défi. Je soulignerais donc l’effort renforcé du Croquembouche d’assurer la présence d’une belle variété de sandwichs, de soupes et de salades au menu. Aussi, en primeur, des plats en formule sous-vide seront bientôt disponibles pour satisfaire la demande de cuisine rapide, mais de qualité.

Source photo Croquembouche

Du miam en bouche

C’est avec ambition et brio que le chef pâtissier propose une variété de produits dont la mise en bouche est à la fois audacieuse et surprenante. C’est le cas, entre autres, du Pomme Céleri, que Mary Lynn et moi avons eu la chance de déguster. Je serai franche : marier le goût des pommes et des céleris dans ma bouche m’a tout d’abord fait hausser les sourcils, incrédule à l’idée que ce soit aussi bon, mais bien heureuse qu’on me propose de sortir de mes habitudes culinaires. En soi, c’est tout un art. Avez-vous déjà dégusté une première bouchée de gâteau en vous promettant d’en remanger plus tard? C’est l’effet complice que cette petite pâtisserie m’a fait.

Je suis désormais reconnaissante de la place du Croquembouche dans ma vie et mes repas. En toute transparence, le fait que le pain aux bananes soit encore meilleur qu’avant m’influence peut-être… ou est-ce le fait que Nicolas et Sandra ont fait preuve d’une sensibilité attachante en parlant de la place du Croquembouche dans le quartier. Il me semble évident que cet endroit est un exemple inspirant d’adaptabilité et de rehaussement. De quoi retomber en amour avec Le Croquembouche.

Allez leur donner de l’amour sur Facebook et Instagram.

*Bien que cet article est commandité par le Croquembouche, toutes les opinions demeurent les miennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de