Menu

Ode aux relations qui ne fonctionnent pas

T’as été l’une des plus belles parties de ma vie. Malgré ta courte présence, mes souvenirs de la dernière année te seront éternellement reconnaissants. Je le savais dès le départ que t’étais éphémère ; c’était ça le deal. Puis on s’est un peu attachées, fallait s’y attendre. On riait. Dieu sait qu’on riait. Mais on était toutes déchirées en dedans. Chaque rire ajoutait aux crevasses déjà existantes. On pensait s’aider quand dans le fond on repoussait juste l’inévitable. J’étais pas faite pour toi. T’étais pas faite pour moi. Du moins, pas maintenant, pas comme ça. On ne peut pas construire une foutue belle terrasse sur le toit si les fondations de la maison tiennent à moitié debout !

Notre entourage voit peut-être notre relation comme étant un échec, mais pas moi. Je nous suis reconnaissante pour tous les beaux moments passés ensemble, pour tous les fous rires, pour toutes les introspections et les discutions profondes qui se terminaient assises par terre dans mon salon alors que le soleil se levait pour nous rappeler d’aller nous coucher. T’as réveillé en moi une personne que je croyais morte, et juste pour ça, tu vas toujours avoir une place spéciale dans mon cœur.

Je ne t’ai jamais pris pour un rebound, jusqu’à ce que je me rende compte que j’avais besoin de ton élan pour me ressaisir. Notre « échec » aura probablement été le succès que ça me prenait à ce moment précis de ma vie. J’étais creux. Très creux. Mais t’as vu ma lumière au fond de l’abysse. T’es venue me chercher, me cueillir, telle une marguerite. On s’est partagé une bonbonne d’oxygène à deux alors qu’on en aurait eu besoin d’une caisse chacune. J’ai toujours été bonne pour retenir mon souffle, mais t’avais raison. Assez, c’est assez. Toutes deux, on mérite tout l’oxygène du monde, l’air pur des Alpes, la liberté de prendre de grandes bouffées d’air sans regarder derrière et sans compter nos p’tites cuillères.

Notre « échec » relationnel m’a ouvert les yeux sur les relations qui ne fonctionnent pas en général. Aucune relation n’est un échec tant et aussi longtemps qu’elle fait grandir les gens qui en font partie. Certaines personnes sont là pour croiser notre chemin, sans pour autant être vouées à nous suivre jusqu’à destination. On va covoiturer avec un paquet de gens dans notre vie, et c’est ce qui rend le trajet magnifique. On colore nos routes des teintes des êtres que l’on rencontre, on crée notre propre arc-en-ciel. Ta couleur à toi, c’était la légèreté. Il en manquait dans mon tableau. Malgré le fait que ça m’attriste énormément de devoir voir nos chemins se séparer à nouveau, je ne peux qu’être reconnaissante pour ce qui me reste de nous.

J’aimerais donc dire merci à toutes les couleurs qui ont été laissées dans ma vie, puisque nos histoires marquent mon évolution et que je vous en serai éternellement reconnaissante.

Alors à tous ceux et celles qui vivent présentement une fin de relation, appréciez avec moi cette citation over cheesy mais donc nécessaire : « Don’t cry because it’s over; smile because it happened ».

One thought on “Ode aux relations qui ne fonctionnent pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de