Menu

Pourquoi il faut arrêter de dire qu’on est brisé

Mercredi après-midi. Il pleut. Je suis assise sur mon petit banc de travail à dessiner avec ma collègue parce qu’il n’y a pas un maudit chat dans la place. On parle de tout et de rien, on apprend à se connaître parce qu’on vient de commencer la saison d’été ensemble. On parle de plein de choses, mais de rien en même temps, jusqu’à ce qu’on arrive au sujet de nos expériences amoureuses. Inutile de vous dire que, pour ma part, j’ai rarement de bonnes histoires à raconter à ce sujet. D’un coup, elle arrête son coloriage, dépose son crayon, me regarde dans les yeux et me dit : « Moi j’ai eu de la chance, aucun gars ne m’a jamais brisée, mais toi… C’est qui, qui t’as brisée ? » 

À ce moment précis, je me suis lancée. Je lui ai raconté en détails comment ma dernière relation m’a apporté une tristesse immense, un débalancement de mes repères et une désillusion vis-à-vis des rêves que j’entretenais depuis longtemps. 

Ça fait 3 mois de ça, mais j’y pense encore tout le temps. Je me vois, assise sur mon banc, à répondre à sa question comme si c’était ce qu’il y a de plus normal. Sauf qu’elle est loin d’être normale, sa question, parce que je n’ai jamais été brisée. J’ai eu de la peine, je me suis sentie rejetée, voire même imparfaite, mais je ne suis pas une vulgaire chose qu’on pourrait briser ou jeter après usage. Je suis une personne à part entière et non pas un objet qui peut se casser. Je ne suis pas matérielle, je suis humaine.  Le mot brisé ne devrait jamais être utilisé pour décrire une personne qui vit un moment difficile. 

Honey, je sais que toi aussi t’as probablement déjà utilisé ce mot, ou que tu l’as entendu dans une conversation quelconque.  Sauf que la prochaine fois, garde ça en tête : on ne peut pas réparer quelqu’un. On peut l’aider, faire en sorte qu’il.elle se soigne, le.la supporter, mais non, on ne peut pas le.la réparer. Il est grand tant qu’on utilise un autre langage pour parler de soi et des autres. 

La vie ne nous brise pas, elle nous blesse. Se comparer à un objet, c’est oublier que nous sommes des êtres complexes, capables de passer au travers des moments difficiles. Se dire brisé.e, c’est un peu comme s’abandonner, parce qu’on a moins de chances de pouvoir être réparé.e. Par contre, se dire blessé.e, c’est entrevoir la possibilité que c’est temporaire et qu’avec un peu d’effort et de travail sur nous-mêmes, on peut arriver à se sentir mieux. 

Si mon texte te fait comprendre certaines choses, je t’invite à faire comme moi et à boycotter le mot brisé quand vient le temps de parler d’un individu. La vie est déjà bien assez difficile, inutile de programmer notre cerveau avec de telles pensées. Je ne suis pas brisée, toi non plus et les autres non plus.  On est temporairement blessé.es, that’s all! Comme l’expression anglaise le dit si bien, you cannot be fixed because you aren’t broken to begin with.

Source : Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de