Menu

J’ai fait du compost pendant 4 mois et voici le résultat

À mon ancien travail, sur l’heure du dîner, j’ai lancé à la blague que mon rêve était de faire du compost. Ben quoi, diminuer ma quantité de déchets tout en valorisant mes résidus organiques, n’est-ce pas le rêve de tout wannabe zéro déchet? Un de mes collègues m’a alors demandé pourquoi je n’en faisais pas, puisqu’il y a des poubelles à compost ici… Mon orgueil d’écolo a été piqué au vif! Je me suis donc mise à accumuler mes matières organiques dans des plats Tupperware pour ensuite les apporter au travail et en disposer dans les contenants appropriés. Très glamour me direz-vous!

 

Malgré mon départ, je tenais à mener à bien mon expérimentation et j’ai donc continué à y apporter mon compost, environ une fois par semaine. Pour faciliter ma démarche et diminuer mes déplacements, je me suis inscrite au site de compostage communautaire de mon quartier. Vu la popularité du phénomène et la conscience écologique grandissante des habitants de la Ville de Québec, j’ai été placée sur la liste d’attente pour avoir accès au site près de chez moi. Les sites de compostage communautaire sont gérés par l’organisme Craque-Bitume, pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus et s’inscrire. De nouveaux sites seront bientôt disponibles pour faire face à la demande croissante.

 

Voici donc les résultats impressionnants de mon expérimentation :

 

Date de début : 1er juillet 2019

Date de fin : 25 octobre 2019

 

Poids de ma poubelle après 4 mois : 1365 g/1.4 kg/l’équivalent de 3 livres de beurre

 

Imaginez-vous : 1.4 kg en 4 mois, ça correspond à 4.2 kg à l’échelle d’une année, pour une personne. Considérant le fait qu’en moyenne, un québécois produit 2000 kg de déchets par année, c’est une différence énorme. De manière générale, j’avais l’habitude de vider ma poubelle chaque semaine. En retirant les déchets putrescibles, on passe à une fois aux 16 semaines environ. Une autre évidence quant à la pertinence d’envisager l‘implantation de la collecte des matières organiques, ou collecte à 3 voies, pour diminuer de façon substantielle la quantité de déchets envoyés vers les sites d’enfouissement.

 

Saviez-vous qu’un projet pilote a eu lieu à la Ville de Québec dans les années 2007-2012? Sept ans plus tard, qu’en est-il? Plusieurs agglomérations en périphérie de Québec, et à la grandeur du Québec, ont implanté ce type de collecte. Si on prend l’exemple de Coaticook, qui effectue la collecte des matières organiques depuis 2008 déjà, on constate des avantages économiques indéniables : économie sur les frais de collecte des matières résiduelles (fréquence de collecte mensuelle versus hebdomadaire), prolongation de la durée de vie du site d’enfouissement, évitement de coûts par la réduction du nombre de tonnes envoyés à l’enfouissement (coûts de 114,93 $/tonne, incluant les redevances) et augmentation du retour des redevances à l’enfouissement par rapport à la moyenne québécoise (par habitant). Parce que oui, en plus des coûts associés à l’élimination des matières résiduelles (bac, collecte, enfouissement, etc.), le gouvernement impose une redevance totale de 23,07 $ par tonne métrique enfouie. Un autre argument en faveur de la collecte à 3 voies!

 

J’espère que les résultats de mon expérimentation « maison » vous auront permis de constater à quel point la question de l’implantation de la collecte des matières organiques est pertinente pour diminuer considérablement la quantité de déchets enfouis. Si cet article vous a donné envie d’en faire plus, je vous invite à signer et partager cette pétition pour envoyer un message clair à la Ville de Québec quant à la volonté de ses citoyens d’implanter la collecte à 3 voies sur son territoire. Maintenant que j’habite Montréal, je peux enfin réaliser mon rêve de faire du compost via la collecte des matières organiques, et ainsi réduire le poids de ma poubelle de façon considérable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de