Menu

Arrête de culpabiliser

On veut te faire accroire que t’es la seule de ta gang à ne pas être capable de jongler avec une job demandante, une santé mentale qui a un minimum d’allure, une vie sociale correcte, une vie sentimentale existante, une santé physique pas trop pire, un logis pas trop en bordel et une vie un minimum stable.

Mais tout le monde rush.

Mais ça, on ne veut pas que tu le saches, parce qu’on veut te faire acheter 150 000 bidules qui te donnent l’impression que « You just have to get your shit together! »

On va faire un calcul ensemble.

7 jours de 24 heures

168 h.

7 x 8 h devraient être consacrées à ton sommeil = 56 h

112 h.

Tu travailles 40 h

72 h.

Tu dois te rendre et revenir du travail et, si t’es chanceuse, ça te prend 1 h dans ta journée, donc 5 h dans ta semaine si tes 40 h sont sur 5 jours.

67 h.

Tu dois te laver tous les jours et prendre un minimum soin de ton hygiène personnelle : brosser tes dents, soie dentaire, etc. Donnons ici 1 h par jour.

60 h.

Tu dois manger. Admettons que tu te dépêches en permanence, disons 2 h par jour, donc 14 h par semaine.

46 h.

Si tu veux manger, tu dois faire l’épicerie quelque part dans ta semaine, disons 1 h 30 avec le transport, si tu te dépêches. Si on combine ici les autres potentielles commissions, on va mettre 2 h 30.

43,5 h.

Te tenir en forme en t’entraînant de 3 à 4 fois/semaine. Aller au gym, transport inclut, si tu te dépêches: 6 h par semaine

37,5 RES.

Te mettre sur ton 31, c’est-à-dire te maquiller, te peigner, choisir méticuleusement tes vêtements, etc. Certaines prennent 1 h/jour, d’autres 15 minutes. Disons 30 minutes, pour se donner une chance.

34 h.

Tu dois tenir ton environnement propre et faire du ménage, du lavage, de la vaisselle, etc. Disons 5 h par semaine.

29 h.

T’as probablement un peu de paperasse à faire ici et là, des comptes à payer, des courriels à surveiller, etc. Disons 1 h dans ta semaine.

28 h.

Tu vas avoir des rendez-vous, que ce soit chez le dentiste, le médecin, l’esthéticienne, la banque, le comptable ou autre. Des fois ce sera plus que ça, des fois moins, mais disons 1 h par semaine.

27 h.

Dans toute estimation, on retient généralement un 10 % d’imprévus sur les prévisions établies. On garde donc environ un 14 h en banque « au cas où » something goes wrong (and it will).

13 h.

13.

Treize.

Si on l’étale dans ta semaine, ça veut dire que t’as moins de 2 heures par jour à accorder à

  • Ta famille
  • Tes amis
  • Ta/tes relations amoureuses
  • Tes animaux de compagnie
  • Ta santé mentale
  • Des causes qui te tiennent à cœur
  • Tes implications populaires/communautaires
  • Tout autre projet que tu pourrais avoir envie de réaliser.

Ce n’est pas si pire que ça, tu vas me dire? Effectivement, si c’était juste de ça, y’aurait moyen de faire quelque chose si t’es réglée comme une horloge, que tu ne prends jamais de retard et que tu n’as pas besoin de t’évader du quotidien une fois de temps en temps.

Et là, ça, c’est si tu n’es pas en transport en commun, parce qu’en général, le temps de transport est doublé.

Alors imagine si t’as pas d’auto.

Imagine si tu habites loin de ton travail.

Imagine si t’as des enfants.

Imagine si tu dois jongler avec un retour à l’école.

Imagine si ta santé mentale en a mangé une claque ces derniers temps pis que tout te prend plus de temps à faire.

Imagine si pour des raisons quelconques ton horaire de travail se met à bouger ou, pire encore, tu te rends compte que t’as besoin d’une deuxième source de revenus pour payer tes factures.

Tu vas te mettre à acheter la bébelle magique #215 qui t’est vendue comme un salut à ta tragédie.

Tu vas acheter des soi-disant diètes qui ne fonctionneront pas; tu vas te bourrer de pilules, tu vas couper dans tes heures de sommeil, tu vas voir moins de gens.

Éventuellement, tu ne comprendras pas pourquoi tu n’es plus capable de reprendre ton souffle.

Les semaines de 40 h ont été instaurées quand une des deux personnes d’un ménage (l’homme, on va s’le dire) allait travailler tandis que l’autre restait à la maison pour s’occuper de tout le reste.

Je ne dis pas que c’est mal de travailler 40 h aujourd’hui. J’ai travaillé des 70 h par semaine en étant aux études à temps plein, y’a moyen de moyenner… mais tout a un prix dans la vie, et c’est généralement notre santé qui écope.

Alors, prends le temps de prendre un break. Arrête de te taper sur la tête. Prends le temps de respirer et donne-toi une chance. Veux-tu réellement vivre ta vie en courant après ta queue? Probablement pas… alors arrête de culpabiliser; t’as le droit de ne pas être parfaite.

7 thoughts on “Arrête de culpabiliser

  1. Merciiiiiiiii!!!!! C’est fou ce que ça permet de réaliser et de faire du bien…parce qu’on comprend maintenant…parce qu’il fallait que quelqu’un fasse le calcul puisqu’on court tellement pour prioriser les urgences parmi les urgences qu’on n’a pas le temps de s’arrêter pour calculer….et quand on ajoute à ça les responsabilités de proche-aidant avec les nombreux rendez-vous (médicaux et autres), l’impact sur notre vie (quelle vie?) est bien réel…et moi qui continuais à me dire que j’allais trouvé le rythme et cesser de courir après ma queue ou tronquer mes heures de sommeil pour y arriver…Gregory Charles disait, lors d’un entrevue, que ceux qui sont proche-aidants, comme lui, savent que ça n’arrête jamais (que tu ne vois pas les journées…) et je me disais que venant de lui qui est investi dans une foule de projets et qui semble avoir une énergie bien au-dessus de la moyenne, c’est toute une déclaration…mon psy m’avait prévenu que la majorité des proches-aidants s’épuisent…mais je me disais qu’avec de l’organisation et mes capacités, ça ne m’arriverait pas…quand on voit ce que la vie, juste “normale” demande maintenant, pas étonnant que le stress et l’anxiété et tout ce qui vient avec soient endémiques…et on culpabilise parce qu’on se dit que c’est parce qu’on manque d’organisation ou que si on applique telle pensée ou moyens, on va y arriver…encore une fois, merci pour cette légèreté retrouvée (parce que la culpabilité ça pèse son poids)…

    • Bonjour, Ce que vous écrivez fait tellement de sens. Moi-même étant mère monoparentale et qui jongle avec des dépressions à tour de bras et qui s’est relevé d’avoir été battue et poignardé par le père de mon enfant (qui a maintenant 15 ans !) il y a de cela déjà presque 14 ans mais je ne suis plus du tout la même et j’ai du mal à garder un emploi stable. Je suis toujours à bout et je deal enore avec le père de mon enfant. Il est toujours dans le portrait et il n’a pas changé du tout ! c’est très difficile de concilier le tout depuis sa sortie de prison (il y a déjà 10 ans!) Je suis forte mais à bout ! Je ne sais plus comment m’en sortir et reprendre le dessus et je ne veux pas casser les oreilles à personne. Alors, je suis souvent seule et je fais tout ….. toute seule ! Merci pour votre texte ça m’a fait du bien. Je sais que je suis pas folle et toute seule de ma gang. Et j’ai déjà fait 2 marathons dans ma vie mais celui-là doit être le plus pénible de toute ma vie !

  2. Belle réflexion! Quand ont lis ça, c’est tellement vrai et les temps que vous avez mis sont très réaliste et meme en bas de la moyenne. Je suis en arrêt de travail depuis le mois d’août et je n’ai même pas encore reussi a prendre le dessus.je suis un homme qui vit seul et loin de ma famille! J’ai de la misere a rejoindre les 2 bouts.j’essaie de m’encourager et me dire qu’un jour ça va aller mieux! Je l’espère en tout cas! Merci! De votre beau texte.ça me fait prendre conscience que ce n’est pas vraiment moi le problème!

  3. Tu cours pourquoi… pour mourrir plus vite? Arrête et vie ta vie comme s’il n’y avait pas de lendemain. Et je dit à toutes les infirmières d’arrêter de mettre de la pression inutile aux nouveaux parents. C’est impossible de faire tout ce qu’ils disent dans les cours prénataux.

  4. Excellent texte! J’ajouterais que la réduction de nos semaines de travail à 32h semaines n’est plus un luxe mais une nécessité pour un équilibre dans nos vies et surtout pour garantir un futur à nos enfants car oui on court à la fin de l’humanité car oui se train de vie nous amène à polluer davantage et les taux de CO2 sont aujourd’hui à des niveaux critiques pour la santé et la survie de l’homme. Avec 32h semaine on a le temps de cuisiner et éviter d’acheter les repas tout fait qui sont sur emballés, tu as le temps de faire du troc car tu as eu le temps d’échanger et de prendre contact avec les autres personnes du quartier (ou des parents la garderie), tu as le temps d’acheter usagés ou de réparer tes vêtements ou petits appareils… au final ça te coûte moins cher d’être moins souvent au travail et d’avoir un meilleure équilibre! Qu’est-ce qu’on attend? Que le système nous dise travailler moins? Impossible! Il faut mettre de la pression collectivement pour exiger la réduction du nombre d’heures par semaine sans perte de salaire! Nous sommes rendu là!

  5. Je suis de la génération maintenant a la retraite, qui ont travaillé à temps complet, jonglé avec le temps supplémentaire, le ménage, la popote, une enfant à temps partiel, et nous avions le temps pour des activités une fin de semaine sur deux, car nous travaillions l’autre w-e sur deux. Les cellulaires n’existaient pas alors, je pense que si les cell étaient moins utilisés vous auriez du temps comme nous en avons eu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de