Menu

Calinours, licornes et paillettes : témoignage d’une naïve

  • Je pense que Zach et Chloé vont finir la soirée ensemble.
  • Ben non, ils sont juste amis.
  • Ils ne se lâchent pas des yeux et ils ont joué toutes leurs parties ensemble.
  • Voyons, j’ai joué avec Steph toute la soirée et je ne vais pas coucher avec pour autant.
  • C’est pas pareil.
  • Oui, ça l’est.

Je crois fermement à l’amitié gars-fille. Tellement que je suis souvent la dernière à comprendre lorsqu’il y a une attirance — amoureuse ou sexuelle — entre deux personnes : ça explique peut-être pourquoi je suis célibataire, mais ça, c’est une autre histoire.

J’apprends toujours après coup que la personne avec qui j’ai eu une conversation hilarante avait pris plus que de simples Blanche de Chambly comme je l’avais fait. Que la personne qui faisait aller mes battements cardiaques un petit peu plus vite qu’avec la moyenne des gens avait quelqu’un d’autre dans son lit.

Ben oui, je suis une naïve sociale.

Tu ne réussiras jamais à me faire croire que Channing Tatum est ton voisin ou que le baloney pousse dans la terre. Je vais encore moins croire que cette nouvelle étude virale sur les réseaux sociaux (mais nulle part ailleurs dans les médias) sur le bienfait de manger du beurre à la cuillère est bon pour le cœur. Mais, oui, je suis naïve dans mes relations interpersonnelles.

J’oserais même dire que je vis parfois dans un monde de licornes où tout le monde est sage, ne fait rien d’illégal et place toujours les intérêts des autres avant les siens.

Par moments, ça m’énerve. Quand tu ne connais pas les secrets, les rumeurs, les derniers potins, tu te sens moins comme faisant partie intégrante du groupe. Tu remets en question ben des affaires : est-ce que ces gens m’apprécient pour vrai ou rient de moi dans mon dos ? Est-ce que je suis la petite gossante qui ne comprend jamais rien et qui tombe sur les nerfs de tout le monde ? Est-ce que les relations que je pensais avoir développées avec ces individus sont basées sur du faux sur toute la ligne ?

Bref, tu peux angoisser sur un temps quand t’es toute seule dans ton lit à chercher le sommeil. Tu peux même angoisser au milieu de ce groupe à te demander si t’es vraiment à ta place.

Mais dans les bons jours, je me dis que ça peut aussi être positif de voir la vie comme étant pleine de Calinours. La naïveté permet parfois de croire que tout va bien, de se concentrer sur notre objectif sans se laisser distraire par tout le drame qui se déroule autour.

Il reste que les excès ne sont jamais bons. La naïveté doit être accompagnée d’un esprit critique afin que la candeur ne porte pas préjudice. Il y aura toujours des gens prêts à profiter de ma naïveté aux dépens de mon bien-être mental (ou sentimental). Je ne peux gérer les agissements des autres. Je peux, par contre, décider comment je réagis face à ces situations qui me mettent mal à l’aise et travailler sur moi afin que ce « défaut » se transforme en force. Et ceux qui recherchent à mettre un peu de paillettes dans leur quotidien sauront où me trouver!

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre