Menu

Quitter le nid familial – partie 3 : La rétroaction

Rebonjour, it’s me again!

Avec l’arrivée du temps froid, il est temps pour moi de conclure beaucoup de chapitres, dont cette petite série d’articles documentant mon périple de déménagement hors du nid familial.

Pour ceux qui en ont manqué des bouts, voici un bref résumé : il y a quelques mois déjà, j’ai quitté mon chez moi doux et réconfortant de la campagne pour aller vivre l’aventure toute seule dans un appartement en pleine ville. En quelques semaines, j’ai trouvé un logement et je l’ai meublé à 100%. J’ai documenté le tout dans mes deux plus récents articles, soit Partie 1 : Le choix et Partie 2 : La préparation (ou comment meubler un appart au complet en moins d’un mois).

Aujourd’hui, je suis ici pour faire un résumé de tout ça, pour boucler la boucle et répondre à la question : habiter seule, c’est tu si pire que ça? Ça fait déjà plus d’un mois que j’ai déménagé. Comment je trouve ça? Eh bien, vraiment pas si pire! Voici ma liste d’avantages et d’inconvénients que j’ai vécus.

Pour

Vivre seule = vraiment moins de ménage!

Oui, tu dois tout laver toi-même, sauf qu’il y a juste toi qui salis la place. Tu ne peux chialer après personne quand la vaisselle s’empile ou qu’il y a des bas qui trainent par terre. Aussi, laver de fond en comble un 1 et ½, ça prend pas vraiment plus long qu’une heure (y’a bin juste deux pièces!)

Pas besoin de mettre des vêtements en changeant de pièce

Ok, oui, j’ai juste une pièce, mais, ce que je veux dire, c’est que j’ai pas l’obligation de mettre mon pyjama directement en sortant de la douche pour ne pas montrer mes fesses au reste de la famille. C’est juste que tu dois faire attention de bien fermer les rideaux. 😉

Cuisiner des repas à l’avance

Dans ma famille, on avait l’habitude de cuisiner chacun des repas avant de les manger. Puisqu’on était plus nombreux, il y avait rarement des restes et toute la préparation des repas était à refaire à chaque fois. Maintenant que je suis seule, j’ai découvert le mealprep! Je cuisine un repas, j’ai trois autres portions supplémentaires bien au froid dans mon congélateur, prêtes à être mangées plus tard. Aussi, je fais des soirées cuisine avec mes copines, où on cuisine chacun un repas en plusieurs portions et on quitte avec une portion de chaque repas. Extra-économique au niveau des sous et du temps!

Ne rien devoir à personne

Je ne rentre pas coucher ce soir? Ça ne regarde personne. J’ai envie de manger du popcorn avec du beurre de peanut? Ça ne regarde personne. J’ai envie de danser en faisant ma vaisselle? Ça ne regarde personne.

Je ne dois rien. À. Personne.

Contre

Les dépenses

Je me suis surprise à comprendre pourquoi mon père ne voulait pas monter le chauffage à 24 degrés pendant l’hiver. C’est donc ben cher, l’Hydro! Voyons, j’ai juste acheté une pinte de lait et un paquet de diner Kraft. Pourquoi ma facture d’épicerie coûte aussi cher? Le pire, c’est que tu n’as que toi pour payer tout ça et gérer le budget. Tu n’as pas de coloc ou de copain/copine pour séparer les dépenses. Tu voulais être une jeune femme indépendante, Jessie? Finalement, c’est un peu plus de stress que ce que je pensais.

La charge mentale

Se sentir seule. Oui, ça arrive. Des crises de panique, d’anxiété, où tu es toute seule pour te gérer. Être malade et n’avoir personne pour te faire une bonne soupe et te donner des décongestionnants. Être hangover et devoir te tenir toi-même les cheveux. Vivre un bris dans ton logement et ne pas savoir comment le réparer (papa, t’es où?) Ne pas pouvoir aller piger dans la garde-robe de ta sœur quand tu n’as rien à te mettre. Devoir aller faire l’épicerie et cuisiner même si t’es en rush d’exams et que tu ne sais pas où donner de la tête.

Bref, t’es toute seule.

Ça peut-être un sentiment tellement puissant, comme un sentiment tellement déstabilisant. Je me dis souvent que oui, Jessie, t’as réussi, tu es sortie de ta zone de confort, tu es partie du nid familial. T’as besoin de personne, Jessie, tu es un être complet par toi-même.

D’un autre côté, il y a justement le fait que maintenant il n’y a que moi contre le monde. Je suis rendue ma propre famille, même si je sais qu’elle sera toujours là pour garder un œil sur moi à distance.

En regardant en arrière, je dirais à Jessie du passé, celle qui hésitait à faire le move de partir en appart, que ça en vaut la chandelle. Cependant, je lui dirais que, comme tout dans la vie, il y a des hauts et des bas et qu’il faudra qu’elle s’arme de courage, car elle en aura besoin plus qu’elle le pense.

Une étape de plus de franchie dans ma vie.

J’ai hâte de voir quelle sera la suivante.

Au revoir,

Jessie

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre