Menu

Et si j’étais ma meilleure amie

Et si j’étais ma meilleure amie? Je ne me pose pas cette question parce que je suis une jeune femme esseulée en recherche d’amitié. J’ai autour de moi de précieuses amies qui me sont très chères, que je soutiens, que j’admire et que j’adore plus que tout. C’est d’ailleurs en observant les échanges que j’ai avec ces amies que je me rends compte à quel point il y a un grand décalage entre ce que l’on pense et ce que l’on dit à un.e ami.e et ce que l’on pense et ce que l’on se dit à soi-même.

Comment je me traiterais si je me voyais, non pas en tant que moi-même, mais en tant que ma best. Peut-être que je ne serais pas aussi méchante et critique. Peut-être que je me considérerais avec plus de tendresse.

Lorsque je pleure, je ne penserais pas que je suis incapable de contrôler mes émotions et je ne rajouterais pas à ma peine une couche de haine personnelle. J’essayerais plutôt de me réconforter sans me juger. En tant que ma meilleure amie, je n’essayerais pas de dévaloriser mes idées et mes projets, mais je m’encouragerais à aller de l’avant et à ne pas me décourager.

On a tous et toutes une tendance à se critiquer durement. À croire que notre faute est impardonnable; que notre gaffe est inexcusable. Mais est-ce vraiment le cas? Si c’était ta meilleure amie qui ferait une pareille erreur, qu’est-ce que tu lui dirais? Qu’elle est conne? Qu’elle aurait dû savoir que ça allait finir de la sorte? Non! On lui dit que tout va bien aller! Qu’on est là pour elle. On cherche des solutions à sa peine. On ne la fait pas sentir plus petite qu’elle se sent déjà. Alors, pourquoi ne pas se permettre de faire la même chose pour nous-mêmes?

Crédit photo: Briana Tozour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre