Menu

L’avenir du droit des femmes

– ou comment la société essaie de nous ramener dans la cuisine

Depuis quelque temps, l’actualité m’inquiète de plus en plus. De voir les médias se soucier de l’habillement d’une députée, que le droit à l’avortement soit remis en question un peu partout aux États-Unis et même ailleurs, que le phénomène des « incels » devienne de plus en plus populaire chez la gent masculine… c’est une réelle préoccupation. Est-ce le début de quelque chose? Ou pire, la fin d’une époque?

Avons-nous, femmes, tenu trop rapidement pour acquis nos droits? Aurions-nous dû écouter davantage les féministes de la première vague? Elles qui nous disaient de toujours craindre pour la perte de nos droits. Car la réalité, c’est qu’un gouvernement peut décider, du jour au lendemain, de nous retirer nos droits les plus essentiels. Et ce, en un simple claquement de doigts!

Si on regarde l’histoire en général, le droit de vote a été récemment acquis pour les femmes. Au Canada, ce n’est que depuis 1916 que nous pouvons exercer notre droit de vote. Au Québec, c’est depuis en 1940, et en France, 1944. C’était hier…

Il n’y a que quelques décennies, une femme devait porter le chapeau pour entrer au parlement et devait respecter un code très strict pour son habillement.

Le droit à l’avortement est depuis toujours un flou juridique difficile à réglementer. L’Alabama nous le prouve en retirant entièrement le droit aux femmes de subir un arrêt de grossesse volontaire, et ce, après 7 jours…

Pourquoi les gens pensent-ils avoir le droit de réglementer le corps des femmes? N’appartient-il pas à chacune de nous? Régir notre habillement? J’avoue que c’est peut-être plus simple de faire un code vestimentaire que d’écouter ce que nous disons.

Est-ce le début de quelque chose de plus grand? De plus inquiétant? Comment pouvons-nous combattre ce mouvement qui débute?

J’ai beaucoup de questions, mais peu de réponses. La seule qui me vient à l’esprit est de rester solidaires toutes ensemble. De tenter par tous les moyens de contrer ces tendances.

Heureusement que les hommes qui m’entourent sont conscients des problèmes relatifs aux droits des femmes et qu’ils désirent les combattre à mes côtés! Une chance que la grande majorité des hommes sont capables de voir les problèmes de notre société et de nous soutenir quotidiennement.

Gardons ces hommes proches de nous, c’est en nous unissant que nous réussirons à faire changer les choses!

Par Carolanne Tremblay (POP-UP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de