Menu

3 astuces pour survivre à ta fin de session

En mon sens, la fin de session est un concept très ironique. C’est la partie du semestre où tu dois le plus t’appliquer, où tes examens comptent le plus mais c’est aussi la partie où tu es le plus tanné.e. Une espèce de fatigue générale : tu manges mal, tu dors mal, les seuls muscles que tu travailles, c’est ceux de tes mains quand tu composes (encore une fois) un texte de 15 pages pour un cours. J’en suis à ma troisième fin de session universitaire, alors j’ai développé une série de trucs qui me permettent de survivre à ces deux semaines chaque année. Les voilà!

La première chose que j’ai découvert, c’est que je suis incapable de travailler tard le soir. Certains sont capables de faire des nuits blanches et étudier avec la fatigue dans le cerveau. Pas moi. C’est ma mère qui m’a confié que lorsqu’elle était aux études, elle préférait se coucher tôt et se lever super tôt pour avancer ses travaux. Bon, c’est sûr que la partie « se coucher tôt », c’est un peu difficile quand tu es accro à TikTok, mais ça, c’est une autre histoire. J’ai quand même découvert que, tout comme ma mère, cette stratégie fonctionne pour moi. Il y a quelque chose dans l’aube du jour qui me rend super productif. Je suis fraîchement reposé, c’est le silence complet, l’ambiance est calme. 

Une autre astuce que j’ai développée avec le temps est le choix de musique que j’écoute durant la rédaction de travaux. Pour moi, il est impossible de travailler sans musique de fond, mais celle-ci doit être relaxe et sans parole. J’opte souvent pour le livestream sur Youtube qui s’appelle lofi hip-hop radio – beats to relax/study to. On y retrouve de courtes chansons qui aident vraiment à se concentrer. 

Finalement, la dernière tactique qui m’a beaucoup aidée cette session m’a été montrée par l’une de mes bonnes amies. Il s’agit de la technique Pomodoro, qui consiste à travailler pendant 25 minutes sans distraction pour ensuite s’accorder une pause de 5 minutes. Ces périodes de travail passent assez rapidement et l’alternance avec une courte pause donne le répit nécessaire avant de recommencer. Lorsque l’on respecte assidûment ces intervalles, on atteint un rythme de productivité très intéressant.  

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre