Menu

Frapper le quart de siècle

Oui, ça frappe fort le quart de siècle. Tu peux t’acheter de la bière pis des gratteux depuis déjà sept ans, mais on s’entend que notre perception de la vie d’adulte change pas mal quand on a 25 ans. 

C’est l’âge où tu réalises pour la première fois, avec toute la puissance des gifles de Marshall dans How I Met your Mother, que tu vieillis. Tu me diras que tu le sentais déjà à 20 ans, mais avoue que, cette fois, c’est différent. 

Au quart de siècle, tu fais le point sur ta vie. Tu te questionnes sur où tu en es et où tu voudrais être. Souvent, tu te dis que t’es à des années-lumière de l’endroit où ton imaginaire adolescent t’avait prédit que tu serais.

Tu t’imaginais avoir trouvé l’amour depuis longtemps? T’aurais voulu avoir fait le tour de l’Europe? Tu pensais être prêt.e pour les enfants et la maison? 

Tu n’en es peut-être pas là, mais c’est correct. 25 ans, c’est un âge ambigu où t’es entre deux vagues. 

Je regarde autour de moi et les personnes de mon âge sont toutes à des stades différents dans leur vie : études, changement de carrière, bébés, mariage, voyages, maison…  Elles sont toutes heureuses à leur manière. 

En vérité, peu importe ton âge, tu fais ce que tu veux et, tant que t’es bien, on se fout du reste. L’âge est relatif et, 25 ans, c’est juste le début d’une nouvelle année, comme le sera la 26e, la 27e et ainsi de suite. 

Je frappe le quart de siècle dans trois mois et je suis prête à rester bien avec mon corps, qui récupère déjà moins bien des soirées arrosées, et avec mes projets bien à moi. 

Après tout, on est encore très loin de la crise de la quarantaine et du demi-siècle!

Source : Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre