Menu

10 astuces pour voyager moins cher

(Ça fait plaisir)! 😉

  1. Choisir un budget et non une destination

Souvent, on veut aller quelque part et on cherche le billet d’avion le moins cher. Une autre approche, lorsqu’on est prêt à sortir des sentiers battus et de sa zone de confort, c’est de se fixer un budget et voir ce qu’on peut se permettre. Dans cette optique, on peut utiliser le site Yulair, un site avec tous les vols les moins chers à départ de Montréal. Le site est très bien construit et on peut chercher à l’aide d’un calendrier, donc parfait si on a des contraintes de dates, ou encore avec une carte du monde.

  1. Utiliser des comparateurs de prix

Ça peut sembler simple, mais on ne les connaît jamais tous. J’ai un faible pour Skyscanner, et il y a aussi Kayak et Google Flights qui sont biens. En plus des sites, une foule d’applications sont maintenant disponibles. Ma préférée (gratuite!) est sans doute Hopper. On choisit une destination et l’application nous notifie lorsqu’elle trouve le billet le moins cher pour y aller dans les dates choisies et propose parfois aussi des aéroports à proximité auxquels on n’aurait pas pensé.

  1. Chercher le vol outre-mer le moins cher, puis faire des vols intérieurs

Pour les voyages en Europe, c’est une façon très simple, même si parfois un peu plus longue. Souvent, le morceau du voyage qui coûte le plus cher, c’est le billet d’avion, surtout lors d’un vol outre-mer. Par contre, en Europe, les vols intérieurs sont souvent en rabais et peu chers si vous pouvez voyager sans bagages en soute. Chaque pays a sa propre plus petite compagnie et lorsqu’on la trouve, on peut souvent s’en tirer à moins de 200$ pour un vol aller-retour. Par exemple, l’été dernier, j’ai trouvé une bonne affaire pour un Montréal-Bordeaux et j’ai pris une compagnie locale pour mon vol en Roumanie qui m’a coûté environ 150$ de Paris à Bucarest et de Bucarest à Paris. C’était un peu plus de logistique parce que mon vol de Bordeaux à Bucarest n’était pas une correspondance, mais je n’aurais pas pu me payer un billet Montréal-Bucarest.

  1. Voyager terrestre

C’est dans la même optique que l’astuce précédente. Disons que vous voulez aller en Belgique, que les billets sont chers mais qu’un billet Montréal-Paris est en spécial. Pensez à regarder les transports terrestres comme le train ou le bus. Au Canada, malgré notre immense territoire, nos transports terrestres sont souvent longs et chers. En Europe, ils sont souvent mieux développés et plus rapides. La compagnie Ouigo en France fait souvent des billets réduit et les billets de TGV (train grande vitesse) réservés 3 mois d’avance sont souvent à un prix dérisoire. Pour calculer tous ces déplacements, le site Rome2rio m’a sauvé la vie plus d’une fois. Il montre toutes les options et un indicatif de prix pour se rendre du point A au point B. Un vrai petit bijou!

  1. Choisir une destination moins connue

Difficile pour moi d’être objective, j’ai un gros faible pour l’Europe de l’Est qui, en général, coûte moins cher que l’Europe de l’Ouest. Mais, au lieu de faire le classique Paris-Bruxelles-Amsterdam, pourquoi ne pas faire Prague-Varsovie-Budapest ou encore Novi Grad-Sarajevo-Athènes? Il y a tellement de possibilités et d’endroits magnifiques, n’ayez pas peur de prendre un risque! Il y a des petits pays charmants et où le coût de la vie est beaucoup moins élevé. Changez carrément de continent, l’Amérique du Sud ou encore les Caraïbes (sans un tout-inclus, c’est vraiment pas cher et c’est une magnifique expérience!) sont des endroits où il fait bon voyager avec peu.

  1. Choisir son logement

Il y a des tas d’options de logements : AirBnB, les hôtels, Couchsurfing, les auberges jeunesse (ou hostels). Mon coup de cœur va clairement aux auberges jeunesse. Certains ont cette idée du dortoir crade où tout le monde ronfle, rentre à n’importe quelle heure… Pourtant, avec des sites comme HostelWorld ou Booking.com, on peut choisir son auberge en fonction des commentaires et de ce qui est important pour nous. La façon avec laquelle je réussis à économiser le plus est en trouvant une auberge jeunesse, habituellement pas dans le centre tout à fait ou pas dans la ville historique (c’est toujours plus cher et toujours plus bruyant aussi!), avec un petit déjeuner compris dans le prix, ou à tout le moins une cuisine disponible. Je dors toujours en dortoir de 6 ou de 8.

Pour moi, cette formule fonctionne bien parce qu’elle me permet, de un, de rencontrer des gens. La plupart des voyageurs en auberge jeunesse aiment rencontrer des gens, c’est pourquoi ils choisissent ce type d’hébergement. Lorsqu’on voyage seul, c’est un must. J’y ai rencontré des gens que je vois encore après des années! Le fait que le déjeuner soit compris me permet d’avoir un repas gratuit et la cuisine me permet de faire une mini épicerie : donc de sauver des coûts sur la bouffe! Habituellement, grâce aux économies que je réalise en déjeunant et dînant à l’auberge ou en dînant légèrement à l’extérieur, je me permets une ou deux vraies bonnes bouffes dans des restaurants sans devoir compter au dollar près. En plus, plusieurs auberges jeunesse offrent des soupers gratuits pour que les invités interagissent ensemble. Pour moi, c’est vraiment une formule gagnante et même avec un salaire d’étudiante, j’ai réussis à voyager presque chaque année!

  1. Fouiller pour trouver des astuces

Avant un voyage, faire sa petite recherche, c’est payant. Par exemple, en Amérique du Nord et en Europe, les musées sont souvent gratuits le premier dimanche du mois. Ça ne ressemble à rien, mais c’est beaucoup d’économie surtout pour les grandes galeries. Il y a aussi souvent des chemins alternatifs pour visiter des sites touristiques, ce qui permet d’éviter de payer et d’éviter la foule. Faire sa petite recherche permet aussi d’avoir une idée de ce qu’on veut faire et en se fiant aux commentaires, on a des chances d’éviter d’être déçu. Plusieurs villes offrent aussi des citycards qui peuvent être intéressante,s comme elles donnent souvent des rabais sur les visites et les transports, mais il faut parfois les commander d’avance. D’où l’intérêt de faire sa petite recherche et d’être préparé.

  1. Voyager avec un voyage de cabine seulement

Les bagages en soute, avec la plupart des compagnies aériennes, entraînent maintenant des frais supplémentaires. Un gros bagage peut aussi entraîner des coûts supplémentaires dans certains autres modes de transports comme le train ou l’autobus (si c’est trop gros pour le glisser sous le siège). Réduire ce avec quoi on voyage devient donc intéressant. De plus, la plupart des produits de base (shampoing, pâte à dents…) se trouvent partout, alors pas besoin de les apporter! Les acheter sur place peut revenir même moins cher qu’à la maison. Pour ce qui est des vêtements, je ne sais pas pour vous, mais j’ai tendance à toujours en apporter trop et finir par porter les même 2-3 outfits durant la totalité du voyage… oups.

  1. Choisir d’autres destinations que les capitales

Les capitales, bien que vivantes, sont toujours plus chères que le reste du pays (ou en tout cas, dans les plus chères…). Passer quelques jours dans la capitale d’un pays, c’est toujours chouette, mais essayez d’aller voir plus loin. En Roumanie, j’ai adoré les petites villes comme Sinaïa et Bran. En plus, il y a souvent de belles choses à voir hors des sentiers battus. Paris, c’est bien, mais j’aime toujours mieux Bordeaux, Lyon et Lille. Et je vous garantis qu’à Lille, je pouvais me faire pas mal plus de restos qu’à Paris avec le même budget!

  1. Demander conseils, aller où vont les locaux

Demandez aux gens de la réception de votre auberge ou à ceux qui vous louent le AirBnB, ils ont tous les meilleurs plans. Les petits endroits un peu cachés, pas les trucs de touristes. N’est-ce pas en plus le but de voyager, de partager un instant le quotidien de gens d’ailleurs? De jouer aux locaux? De vivre l’authenticité d’un endroit autant qu’on le peut? N’hésitez pas à essayer les petits restos qui n’ont l’air de rien de l’extérieur, à entrer dans les galeries privées et, surtout, à vous promener sans but. Respirez la ville et vivez un moment d’extase lorsque vous trouverez LE petit café parfait, caché.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de