Menu

Hymne au froid

On y arrive là, dans le froid, dans le pas vivable, dans la difficile saison. Plein d’articles sur le web nous narguent à chaque instant en nous martelant des nouvelles concernant l’horrible hiver québécois qui s’annonce. Arrêtons de craindre ce froid et glorifions-le un peu. Ayons hâte au froid comme ceux et celles qui viennent de s’acheter un nouveau kit d’hiver. Oui, le froid peut être capricieux, imprévisible, mais il sent bon. Parfois plus que durant l’été, les odeurs se bousculent à l’entrée de mes narines et se faufilent plus loin encore. Le pain de la boulangerie d’en face, les gaz des voitures, le feu de cheminée, le sapin, le chocolat chaud que tu vas prendre dans un café, le froid. Le froid, ça se sent. Ça se sent dans la sensation rafraîchissante quand l’air pénètre dans les narines, comme prendre un verre d’eau après avoir mâché une gomme (« Excel menthe polaire », t’sais).


Source

Le froid, ça sent bon. Mais quand il fait frette, ça sent l’envie de disparaître à l’intérieur de ton foulard. Pis là, en manque d’air, t’as pas le choix d’avaler une vraie gorgée de froid. Et respirer fait mal. Les joues picotent, tes cils collent ensemble et tu regrettes de ne pas avoir acheté un mascara hydrofuge. Le froid, c’est aussi la délicieuse sensation des orteils engourdis dans le fond des bottes, malgré le mouvement de va-et-vient constant dans le but de créer un peu de chaleur. Le froid, c’est toujours avoir des mouchoirs semi-utilisés dans le fond de tes poches de manteau pour t’essuyer la goutte quand tu entres quelque part. Le froid, c’est les gens qui glissent, qui sacrent, qui chialent, qui se frottent les mains, qui y retournent, qui sortent et qui affrontent. Les gens qui profitent du froid. Qui enjambent les bancs de neige comme ils enjambent la vie : grand écart et cri pour se donner du courage. Le froid, toujours bien accompagné par gravier, sel, sable… et calme aussi. La neige aspire les bruits et les floute, les rend plus doux. Pis le soleil. Le soleil dans le froid est encore plus fort, plus brillant. T’es même obligé.e de fermer les yeux parfois pis de regarder ailleurs.

Le froid, c’est rentrer avec empressement, avec soulagement. C’est « rentrer les pieds g’lés, juste à temps pour Passe-Partout ». (Référence à la magnifique chanson Les étoiles filantes des Cowboys fringants). Le froid, qu’on le veuille ou non, ça rassemble, ça éveille. Ça « se festive », le froid. Ça se boit aussi très bien, pour se réchauffer, t’sais. Ça donne envie de se faire une raclette pis de boire du vin. Avec tes amis et ta famille. Peut-être pas les deux en même temps. Quoique…

Le froid, c’est avant tout réaliser que c’est peut-être plus difficile à vivre pour certaines personnes. C’est aussi de te trouver crissement chanceux.euse d’avoir un toit. Un toit pour tous les jours de froid. Chauffé. Et que même si t’as calfeutré tes fenêtres avec du « Saran Wrap » et que tu baisses le thermostat dès que tu sors pour économiser, t’es bien pareil. Dans le froid.

Par Alexandra Aloi

Source photo de couverture : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre