Menu

Dossier environnement : entre le cœur et la raison

J’ai eu de la difficulté à commencer ce texte car je ne savais pas trop ou m’enligner avec tout ça. T’sais quand tu réfléchis trop à tout en même temps, tu dois prendre un moment pour bien comprendre ce qui se passe dans ta tête. Pis honnêtement, ce n’est pas évident pour un aussi gros dossier qu’est la cause environnementale.

On ne connaît pas l’avenir, mais avec toutes les technologies que nous avons, bien des scientifiques et collapsologues parlent depuis plusieurs années de l’effondrement. La définition la plus juste selon eux est que l’effondrement est « le processus à l’issue duquel les besoins de base ne sont plus fournis à une majorité de la population par des services encadrés par la loi ».

Donc notre confort, nos habitudes de vies, nos projets, nos rêves seront tous remis en question. Il y aura de plus en plus de catastrophes naturelles, de migrations de populations, bref, vraiment beaucoup de changements et c’est malheureusement inévitable aujourd’hui. Je dédierai un article à ce sujet un peu plus tard.

Tout ceci apporte son lot d’anxiété, d’éco-anxiété. Et je trouve malheureux de voir qu’il y a si peu de gens qui sont au courant, conscients et engagés dans la cause. C’est quand même énorme ce qui s’en vient et je suis contente d’avoir compris ça d’avance et de pouvoir m’y préparer un peu.

Sauf que.

Même si je suis et j’ai toujours été la fille qui prône de vivre le moment présent, de vivre sa vie à fond, de vivre ces rêves maintenant et ne pas attendre à la retraite, de vivre de moments vrais, ceci, mon éco-anxiété et la connaissance des événements futurs, ça m’empêche d’avancer. Ça me fige sur place. Comme si je devais repenser à ma vie complète en connaissance de cause. Ça y va par passes; parfois, je me rappelle que je ne peux pas contrôler ça à moi seule et que c’est maintenant ma vie donc GO, je dois la vivre, et d’autre fois, je réfléchis intensément et je suis bloquée là.

Pour que vous compreniez bien ce à quoi je pense par rapport à ce sujet, voici des situations que je vis et qui concernent sûrement plusieurs d’entre vous. S.V.P, ne jugez pas avant la fin de l’article, merci.

Je pense à mon futur métier. Je me dis que je dois avoir un métier en lien avec la cause environnementale. Que si je veux « survivre » plus tard, mon métier doit être dans ceux essentiels. Mais j’ai des passions, des envies, des valeurs et tout ça doit être en accord avec moi-même. Est-ce que j’ai le temps de retourner aux études et ainsi de suite…?

Je pense à ma future famille. J’ai toujours voulu des enfants. Mais élever des enfants en bas âge durant ces temps qui s’annoncent très intenses me semble difficile à imaginer. La famille est très importante pour moi et jamais je n’aurais cru devoir faire un choix là-dessus. Ça me fait énormément de peine de ne pas avoir les mêmes chances que les générations précédentes sur ce sujet-là.

Je pense à où je devrais m’installer. Je ne suis pas attachée à des endroits, mais je me dis que dans ces temps d’effondrement que nous allons vivre, vaut mieux être préparé. J’aimerais ma maison écologique, écoresponsable, autosuffisante avec une serre à l’année. Avec des voisins gentils qui partagent les mêmes valeurs. Donc je dois bien réfléchir dans quelle ville je veux aller par rapport aux services proches ou pas, près d’un plan d’eau, dans les montagnes ou pas. Il y a tellement d’éléments.

Je pense à tout ça, mais x1000. Je voulais juste vous éviter tous les détails et ne pas avoir l’air d’une folle ou d’une extrémiste. Je suis juste informée. Celles et ceux qui vivent de l’anxiété pourront me comprendre.

Et en relisant mon texte, je me rends compte que je pense beaucoup au futur. Car nos actions d’aujourd’hui affecteront notre avenir. Mais nous ne savons jamais combien de temps il nous reste car il peut se passer beaucoup de choses, même sans effondrement.

Mais reste que le moment présent est le plus important.

Je n’ai pas voulu écrire ces mots pour vous faire peur ou stresser, car ça, la vie nous en apporte déjà assez. C’est ma façon à moi de vous amener une certaine forme de protection. Je vous souhaite de vous informer sérieusement sur l’effondrement et la collapsologie. Protégez-vous et votre famille de ce qui s’en vient. Peut-être que nous n’allons pas le vivre aussi dramatiquement et drastiquement qu’ils l’annoncent, mais vaut mieux prévenir que guérir. C’est la petite parcelle que nous pouvons contrôler.

À toutes les personnes qui vivent la même chose que moi, prenez le temps de vous poser un peu. De vous rappeler que nous ne contrôlons pas tout dans la vie, que la vie fait bien les choses et que c’est maintenant que nous devons la vivre à 100%. Il faut juste faire attention aux conséquences de nos actes et parfois user d’imagination pour repenser nos actions.

Je nous souhaite un beau futur.

Et un merveilleux présent.

Source

One thought on “Dossier environnement : entre le cœur et la raison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre