Menu

Me ramener à toi

On accumule des fragments de souvenir qui se rattachent à des objets ou des sensations. On les oublie jusqu’à ce qu’ils nous frappent lorsqu’on s’y attend le moins. On a souvent l’impression de ne pas laisser de traces. De ne pas imprégner notre monde. Pourtant, on se retrouve devant un arrêt d’autobus ou une table dans un café et tout nous revient. On s’imprègne chacun à sa façon dans notre petit monde. On existe dans un univers qu’on partage avec tant d’autres. Pourtant, on écrit notre histoire tous différemment dans ces lieux communs.

On se croise parfois, se laisse rapidement, puis on garde les souvenirs dans un album ou sur une rue. On fait l’amour sans se rappeler, on aime et on veut tout de suite oublier. On s’accroche pour s’appartenir un instant, puis on change, on se désapprend pour apprendre un autre. Et la vie continue. Et on crée des souvenirs ailleurs avec d’autres. On souffle nos bribes d’instants sur des choses qui nous les rappellent ensuite. On grandit, tranquillement. Puis un jour, on croise nos peines lorsqu’on écoute une vieille chanson et on se souvient, mais ça ne fait plus mal. Au contraire, ça fait sourire, parce qu’on réalise qu’on est loin devant. Puis, les objets oublient aussi, les lieux ne nous rappellent plus nos peines. La musique n’est plus amère. Le temps fait son œuvre sur les souvenirs qu’on a personnifiés.

Doucement, le monde qui nous entoure devient plus doux, moins pesant, sans qu’on s’en rendre compte.

Doucement, chaque fois que je vois du papier de toilette placé du bon côté, je pense à toi qui me dis qu’on serait prêt à habiter ensemble, parce qu’on le place de la même façon.

Doucement, chaque fois que je passe sur le pont, je pense au trajet que je faisais quand on n’était pas ensemble pour vrai, quand on faisait semblant de ne pas s’aimer pour ne pas se faire peur.

Maintenant, toutes les fois que j’entends « La bohème », je nous imagine nous aimer longtemps.

Maintenant, chaque fois que je retourne à un endroit où on est déjà allé, j’ai un pincement qui me fait sourire.

Aujourd’hui, les endroits, les choses, la musique, les odeurs, ils ont tous une façon de me ramener à toi.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de