Menu

6 raisons pour lesquelles tu devrais aller en Roumanie

Sans y être allé, que retenir de la Roumanie? Dracula? D’étranges memes slaves? Ce pays méconnu (ou connu pour les mauvaises raisons) est en fait un endroit formidable : de la nature, de l’histoire, des gens adorables, de la culture… Voici 6 raisons pour essayer de te convaincre d’ajouter le pays des vampires à ta bucketlist.

La beauté de la nature

Bucarest est une capitale, mais à peine une heure de voiture et on se retrouve en Transylvanie, dans les vallées bordées par les Carpates. C’est un endroit où en hiver, on peut faire du ski ou de la planche à neige, et en été, de la randonnée ou du vélo. Même sans être sportif, c’est aussi d’une beauté luxuriante et les points de vue, lorsqu’on fait un petit effort (en tout cas, pour moi, c’était un petit effort) en valent la chandelle! Mais une image vaut mille mots après tout, donc voilà un de ces fameux points de vue…


Vue du haut de la forteresse de Rasnov

Les châteaux


Le château de Peles sous la pluie

La Roumanie est remplie de châteaux. Chaque petite ville possède son château, sa forteresse ou sa citadelle, si bien qu’en une journée de voiture ou de train, on peut en voir trois ou plus! D’ailleurs, le « château de Dracula », celui duquel Bram Stocker s’est apparemment inspiré pour écrire Dracula, se trouve en Transylvanie, à Bran. Si vous avez regardé A prince for Christmas (guilty!) et les deux films un peu cheesy qui suivent, vous avez pu apercevoir un autre magnifique château : le château de la famille royale d’Aldovia (ce charmant pays imaginaire), qui est en fait le château de Peles, en Roumanie. C’est sans compter la citadelle de Rasnov, et la citadelle de Brasov… À noter que techniquement, il est impossible d’entrer dans la citadelle de Brasov, mais je tiens de source sûre que si vous êtes assez insistants et donnez quelques lei au gardien, vous avez des chances de voir l’intérieur (et ça vaut la peine!). Plusieurs de ces endroits sont d’ailleurs inscrits au patrimoine national de l’UNESCO. Bref, amateurs d’histoire et d’architecture, vous aurez l’embarras du choix…


À l’intérieur des murs de la citadelle de Brasov

Les musées

La Roumanie regorge de musées. D’histoire, d’art et… de curiosités. La galerie d’art roumain de Bucarest est un incontournable, ainsi que le musée du « Kitsch roumain ». Un petit musée, dans la vieille ville, dédié à toutes les étrangetés qu’on peut voir en Roumanie et dont l’histoire et l’origine est expliqué en détail. Par exemple, la relation particulière du pays avec la religion et comment les prêtres font des bénédictions par Skype, ou encore comment ils bénissent des sex shops. Je ne vous en dit pas plus, mais le musée du kitsch vaut vraiment le détour. On retrouve aussi le musée des cartes et des livres, difficile de comprendre les heures d’ouverture, mais c’est un petit bijou ! Dans un des plus grands parcs de Bucarest, il y a aussi un musée en plein air qui recréée un village de paysans roumain d’antan qui est assez intéressant à voir. Il y en a donc pour tous les goûts!

Les gens

Les roumains sont adorables et toujours prêts à aider. Bien sûr, il y aura des gens déplaisants, comme partout, mais pour tous les déplaisants rencontrés, j’en ai eu deux qui m’ont aidée au-delà de mes attentes. Les roumains sont aussi faciles d’approche. Ce sont des gens directs qui semblent aimer rencontrer de nouvelles personnes. Et, honnêtement, je crois que tout le pays parle anglais, ce qui facilite les échanges et donne au visiteur une belle fenêtre sur la vie de tous les jours en Roumanie, ce qui enrichit toujours une expérience de voyage.

Le coût de la vie

Je suis une voyageuse qui économise, donc j’apprécie les endroits où je peux faire beaucoup avec un petit budget. La Roumanie est l’un de ces endroits. La nourriture est goûteuse et pas très chère, les musées sont accessibles, le train est un excellent moyen de transport abordable entre les villes (bien que pas super rapide…). J’ai pu profiter de presque 20 jours dans ce merveilleux pays avec un budget d’un peu moins de mille dollars pour le coût du logement en auberge jeunesse, le transport dans le pays, les visites et la nourriture. Par contre, comme je suis une voyageuse économe, pas de cinq étoiles pour moi, ni de restaurant tous les soirs!

La gastronomie

La Roumanie produit d’excellents vins, déjà, c’est intéressant. La nourriture est aussi franchement délicieuse. Pour une végétarienne, je dois avouer que c’était parfois un peu plus difficile, mais les plus grandes villes comme Bucarest ou Brasov ont leurs restaurants végétariens et il y a toujours moyens de trouver des salades ou légumes marinés sur le menu. La cuisine roumaine est aussi pleine de comfort food : moins tentant en plein mois de juillet dans la canicule, mais délicieux tout de même. Surtout, la Roumanie m’a fait connaître les papanasi. Qu’est-ce que c’est? Une sorte de beigne, avec de la crème et des fruits frais… c’est l’une des meilleures choses que j’ai mangé de ma vie et je ne suis habituellement pas friande de desserts! Point bonus : lorsqu’on commande un papanasi dans un restaurant, on en a immanquablement deux. Pourquoi? Parce que. Yum!

Bref, ce sont plusieurs raisons qui donnent envie, mais c’est encore plus. La Roumanie est un joyeux chaos où se mélangent les bâtiments historiques, les tours à immeubles, les églises et un renouveau de street art. Ce sont de charmantes boutiques d’artisans locaux, des cafés cachés sous des pergolas de fleurs et dans les jardins. N’y a-t-il pas de ces pays dont on ressent l’âme? Pour moi, la Roumanie est est un. Promis, ça vaut la peine…

Crédit photo : Laurence Aywlin-Lefevbre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre