Menu

S’épanouir hors du couple

C’est pas que je t’aime pas, mais.

Mais j’ai envie de plus. J’ai envie de plus que de toi. J’ai envie de découvrir, de nous découvrir, oui, mais aussi de me découvrir, et surtout, de ne pas m’oublier en me fondant dans ce nous amoureux.

Je sais, je suis bizarre.

Tout autour de nous nous rappelle qu’il faut un nous, un petit nous, mais un nous quand même. Moi, j’aime avoir plusieurs nous. Des nous amicaux. Des nous professionnels. Des nous humains. Des nous politiques. Des nous familiaux. Des nous aventureux. Le nous romantique n’est qu’un nous parmi d’autres. Les nous, finalement, ce ne sont que des émotions, que des relations, que des partages. Entre des êtres vivants, entre des personnes et des lieux. J’ai vécu parmi mes plus beaux nous seule avec un paysage ou une musique.

Et le nous romantique, oui, il a une place spéciale, mais il n’a pas une place omniprésente pour moi. Avant, je disais que le nous romantique était comme une bouteille d’eau sur le banc d’un terrain de soccer  ; énergisant mais pas essentiel pendant le match. Maintenant, je vois plus le nous amoureux comme le roller derby dans la panoplie de mes passe-temps, parmi les autres activités sportives, artistiques, intellectuelles et sociales.

Le nous romantique, du jour au lendemain, il a pris beaucoup de place dans ma vie. J’ai fait les try-outs, le bootcamp était ben intense pis je me suis abonnée parce que je le savais que ce sport-là, il était exactement en concordance avec qui je suis.

Comme le derby m’améliore dans d’autres sports, le nous romantique contribue à ce que je devienne une meilleure version de moi-même, plus en cohérence avec mes valeurs. Comme le derby me fait sentir mieux dans mon corps et dans ma tête, le nous romantique m’aide à m’accepter et à m’aimer comme je suis.

Comme le derby, le nous romantique me demande parfois plus d’énergie que je crois en avoir, me fait suer en masse et me fait des bleus à l’âme. Parfois j’ai juste envie de Netflix and chill alone ou de jouer du ukulélé en chantant Les Sœurs Boulay. Parfois j’ai juste besoin d’une pause de derby et de romance pour mieux y revenir plus tard.

Comme mon amour pour le derby ne m’empêche pas d’aimer le ukulélé et la crème glacée, mon amour romantique ne m’empêche pas d’aimer d’autres personnes de façon tout aussi unique. Ces amours s’interinfluencent, comme des planètes, des lunes et des comètes dans un système solaire qui gravitent autour du soleil que je suis – non, je me prends pas pour de la marde.

Y’en a qui me demande c’est quoi le polyamour. Pour moi c’est ça. Ce n’est pas que je t’aime pas, mais j’aime d’autres choses dans la vie, et mon amour pour toi est nourri par une constellation d’autres amours, et ton amour contribue à ces autres amours aussi. Tu fais partie de ma vie et je t’aime de la façon la plus sincère qui soit, en m’aimant moi-même et en aimant tout plein de choses en dehors de toi. Surtout la crème glacée.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre