Menu

À lire en attendant la fin de la tempête

L’hiver, c’est un excellent moment pour te lancer dans la lecture. Fait froid (ou frette, c’est selon), tu refuses de sortir, t’as pas mal fait le tour des films et des séries Netflix, t’en veux encore. T’as besoin de t’évader tout en restant dans tes couvertes. T’as besoin d’un bon livre.

Passionnée de lecture, je te propose ici des petits bijoux québécois pour te donner une raison valable de rester au lit.

Ces enfants de ma vie – Gabrielle Roy

Enseignante dans les campagnes du Manitoba, cette autrice nous partage des épisodes marquants où quelques-uns de ses élèves jouent un rôle important. Enseignante moi-même, je suis tombée sous le charme de l’école au début du 20esiècle, des enfants naïfs et attachants qu’elle a su décrire parfaitement, de la nature sauvage et imprévisible, responsable de la cadence de la vie. Sans drame inutile, elle raconte sa vie paisible et parfois difficile dans un univers qui rappelle Anne… la maison aux pignons verts. Gabrielle Roy a connu un parcours extraordinaire, et bien que surtout reconnue pour son premier roman Bonheur d’occasion, elle symbolise, pour les femmes canadiennes, l’accès à la littérature.

Paul à Québec – Michel Rabagliati

Cette série de bandes dessinées est franchement sublime. Paul, un personnage simple et attachant, nous embarque, depuis son enfance, dans son univers de la « vie ordinaire », remplie d’anecdotes cocasses, de défis étonnants, de moments délicats. Ce que j’adore par-dessus tout, ce sont les dessins qui restent sobres et précis, les réactions authentiques des personnages et les émotions transmises qui restent, malgré tout, saisissantes. Paul à Québec, c’est une histoire de famille, d’amour et de deuil. Émouvante, cette bande dessinée nous fait doucement réaliser que la vie, ça passe vite pis qu’il faut savoir apprécier chaque moment.

La déesse des mouches à feu – Geneviève Pettersen

Une histoire revigorante, des mots et des expressions crues et un franc-parler inébranlable, le tout enveloppé d’une poésie destructrice. Voilà le mélange parfait que cette autrice nous propose pour décrire les pensées, les désirs et les expériences de cette période de vie cruciale qu’est l’adolescence. Je me suis facilement laissé embarquer dans la vie mouvementée de Catherine, quatorze ans, fragile, mais forte en même temps. Je te le conseille si, comme moi, t’as envie d’enlever tous les fla-flas, les histoires romantiques à l’eau de rose, les paillettes et les Spice Girls des récits d’adolescentes parce que c’est aussi le contraire. Cette histoire ensorcèle et brille d’une vérité souvent mise de côté.

Manikanetish – Naomi Fontaine

Encore une fois, l’enseignante en moi s’est laissé charmer par cette autrice qui nous emmène dans une réserve innue de la Côte-Nord où elle va pour renouer avec ses racines et y enseigner le français. Naturellement, on l’accompagne dans ses déchirements, sa solitude, sa persévérance et ses espoirs. J’ai lu ce roman, bien installée dans la salle d’attente des urgences. Évidemment, j’ai eu le temps de le terminer, mais malgré l’attente interminable, l’air vicié, les pleurs aigus des bébés et les gens malades tout autour de moi, je me suis plongée dans cette lecture révélatrice. À lire absolument si tu aimes les histoires d’enseignants inspirants!

livre lecture hiver couverture maison
Source

La revanche des moches – Léa Clermont-Dion

Ce livre n’est pas un roman, mais un ouvrage renversant sur l’industrie de la beauté. L’autrice, une féministe engagée, nous partage des témoignages sincères, des faits surprenants reliés aux standards esthétiques, tout en répondant à des questionnements répandus. Elle y valorise également la diversité corporelle, l’estime de soi et la bienveillance. Comme beaucoup trop de femmes, lorsque j’étais plus jeune, je ne me trouvais ni assez mince, ni assez belle, ni assez éloquente, ni assez ci, ni assez ça. Je mentirais si je disais qu’en lisant ce livre, j’ai changé radicalement, mais il m’a permis de remettre en question la société dans laquelle on vit et donc de modifier mon image afin que je puisse finalement me regarder fièrement dans le miroir. Ouvrage complet et touchant, c’est assurément la flamme féministe qu’il te manquait dans ta bibliothèque!

Nu : recueil de nouvelles érotiques – Sous la direction de Stéphane Dompierre

Un recueil cocasse et sensuel qui saura plaire à tous et à toutes par la diversité des histoires. Je me suis rappelé récemment l’importance d’avoir ce genre d’ouvrage littéraire dans notre bibliothèque et de ne plus en avoir honte en le cachant sous l’oreiller par exemple, comme l’a justement fait Rachel dans la série Friends. Ces nouvelles sont respectueuses, créatives et peuvent satisfaire une curiosité bien placée.

À fleur de pots : petit grimoire des cosmétiques maison – Les Trappeuses (Marie Beaupré, Mariane Gaudreau et Audrey Woods)

C’est ma sœur qui a eu la chance de le recevoir à Noël. Des petites mixtures, des recettes pratiques et naturelles, des étapes faciles à suivre, une mise en page charmante… Cet ouvrage a décidément tout pour plaire aux personnes qui voudraient se lancer dans la confection de cosmétiques maison. Les Trappeuses valorisent l’utilisation d’herbes et de dérivés naturels comme le bicarbonate de soude, ce qui ne peut être que bon pour ta peau. D’ailleurs, quoi de mieux qu’une journée de tempête pour te lancer dans la fabrication de savon, de shampoing ou de masque? Tu pourras en profiter aussi pour te faire une journée spa. (J’adore ce genre d’activité : masques, gommages, mimosa… Le rêve!) À adopter!

Je voudrais qu’on m’efface – Anaïs Barbeau-Lavalette

Hochelaga-Maisonneuve, un bloc appartements, des personnages attachants et vrais, sans extravagance, mais d’une grande poésie. Avec des phrases simples et naïves, cette autrice transmet avec talent les va-et-vient de la vie avec les espoirs et, plus souvent, les peines. Je suis tombée en amour avec ces héros qui affrontent la vie malgré les déceptions et les difficultés parfois insurmontables et qui se relèvent presque toujours. L’enfance prend une place importante dans ce roman. C’est, je pense, ce qui en fait le charme, puisque face à la brutalité de la vie, les mots des enfants sont souvent plus justes.

Bonne lecture!

Source photo de couverture : Styled Stock

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception site web - Effet Monstre