Menu

À toi, l’adolescent.e qui termine son secondaire dans quelques mois.

À toi, l’adolescent.e qui termine son secondaire dans quelques mois.

À 16 ou 17 ans, on te demande de décider ce que tu souhaites faire 40 heures par semaine pour les 50 prochaines années. Souvent sans expériences de travail autres que 2 ou 3 quarts de travail par semaine dans un dépanneur les soirs et les fins de semaine, il faudrait que tu aies une idée très précise de la carrière dans laquelle tu veux te lancer. Bien entendu, ce ne sont pas les notions de participes passés, les interminables leçons de géographie ni l’algèbre qui t’ont réellement aidé.e à t’orienter dans le choix du métier que tu veux exercer.

Devoir faire un choix de carrière peut être stressant, voire déchirant, d’autant plus lorsque cette grande décision doit être prise à un âge où plusieurs choses nous sont encore inconnues. La fin du secondaire étant imminente, l’horloge fait tic-tac très fort et la pression de faire un choix (surtout de faire le bon) est à son apogée. C’est peut-être ton cas et c’est également celui de plusieurs adolescent.es qui vivent une grande période de remise en question.

Ça se peut que tu te trompes

Eh oui, ça se peut et tu sais quoi? C’est NORMAL. Tu croyais adorer un tel domaine, mais tu te rends finalement compte que ce n’est vraiment pas ta tasse de thé? C’est possible. Cela ne veut pas dire de quitter le programme à la première difficulté, mais simplement de suivre ton instinct. Combien de gens retournent aux études après des années à pratiquer le même métier? Tu es jeune et tu as le droit de te tromper. Ce n’est pas parce que tu commences un tel cours que tu es pris.e à le terminer et à faire carrière dans ce domaine. Si tu n’aimes pas ça, écoute-toi et laisse de côté ton orgueil mal placé qui te dit que tu abandonnes. Tu n’abandonnes pas, tu t’écoutes. Point.

Le salaire ne devrait pas peser trop lourd dans la balance

Tu as les notes pour devenir médecin, mais tu te connais et tu sais que tu aimerais 100 fois plus un travail dans le domaine de l’informatique? C’est ben correct. Peut-être que le salaire n’est pas le même, mais si tu te lèves chaque matin en ayant vraiment envie d’aller au boulot, que les lundis matins ne sont pas synonymes de découragement total pour toi et que tu te sens à ta place, ça vaut beaucoup plus. Cette phrase est extrêmement clichée, mais « l’argent ne fait pas le bonheur ». Ne va pas vers un métier qui ne t’allume pas juste parce que le salaire est meilleur. Il y a tellement d’autres choses à considérer : tes intérêts, tes compétences, les conditions de travail, l’endroit où tu crois t’établir plus tard, les possibilités d’emploi dans cette ville…

On s’en fout de ce que les autres disent ou pensent

Depuis que tu es haut.e comme trois pommes ton père et ta mère te répètent que tu DOIS être enseignant.e au secondaire? Tu as le tempérament et toutes les compétences pour faire ta place dans ce domaine, disent-ils. En plus, tu pourrais travailler dans ta ville natale et par le fait même, être près d’eux et faire l’achat du terrain juste à côté du leur. Probablement que tout ce qu’ils disent est véridique, mais la question que tu dois te poser est : est-ce vraiment ça que je veux faire? Peut-être que oui, mais peut-être que non aussi. Personne ne devrait te dicter quoi faire. Tu es le maître de ton avenir professionnel.

D’un autre côté, ne te fie pas non plus à l’opinion des autres pour te guider ou te stopper dans le choix que tu feras. Même si ton.ta meilleur.e ami.e rit de toi parce que tu veux t’inscrire dans tel ou tel programme, même si tout le monde te répète que tu vas te tromper, même si tes parents ne croient pas vraiment en tes chances de te placer dans la profession à laquelle tu aspires, ON S’EN FOUT.

Ne suis pas les autres, tu vas le regretter

Ça y est, toute ta gang part en appart’ dans Limoilou pour leurs études. La moitié d’entre eux font une technique en travail social et l’autre moitié, un préuniversitaire en sciences de la nature. Ils te gossent pour que tu viennes avec eux, vous allez avoir du fun. Ça, tu n’en doutes pas. Le seul hic, c’est que toi, la technique qui te tente vraiment ne se donne pas à Québec. Tu aimerais tellement partir avec eux… C’est normal, mais pour vrai, écoute-toi. Ne te laisse pas influencer, pense à ta future carrière et dis-toi que dans 20 ans, si tu te réveilles un bon matin et que tu n’aimes pas ce que tu fais juste parce que tu as voulu suivre les autres, tu vas le regretter. Même si tu ne suis pas tes amis, tu vas continuer de les voir quand même et tu feras sans aucun doute plusieurs belles rencontres.

Maintenant, essaie d’assimiler toute cette information et parcours les sites Internet des différents Cégeps, parle à des gens qui pratiquent des métiers susceptibles de t’intéresser, visite des entreprises où tu te verrais plus tard, consulte un.e conseiller.ère en orientation, mais surtout, fais ton choix en fonction de toi-même et personne d’autre.

Bonne réflexion!

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre