Menu

« S’cuse, j’suis occupé.e »

« Hey je suis tellement occupé.e ces temps-ci, on se voit bientôt. »

« J’ai le temps de rien faire ces temps-ci. »

« Je suis débordé.e par le travail, je vais devoir annuler notre sortie. »

« J’ai vraiment envie de te voir mais je suis telllllllement débordé.e. »

Aujourd’hui, on va mettre des mots sur un fléau bien répandu : l’excuse du temps, que ce soit en amour, en amitié, en dating. On va prendre ensemble du recul sur l’excuse « je suis occupé.e » et se responsabiliser dans nos actions et nos choix face au temps. Avant que l’on me réponde que la vie d’adulte est intense, occupée et stressante, je le sais. Le message que je tente de passer dans les prochaines lignes n’est ni blanc ni noir, tout comme nos vies.

On ne débattra pas non plus de nos nombreuses obligations et de nos charges stressantes en tant qu’adultes responsables, mais plutôt de l’importance de communiquer nos réelles intentions et nos besoins aux autres. Plus d’honnêteté envers soi-même et avec les autres = moins de tristesse, moins de trust issues et, en bonus, un cœur plus léger et des épaules moins lourdes. Parlons-en aujourd’hui, et si cela peut faire avancer des discussions ou des non-dits dans nos vies, ce sera pour le mieux.

L’humain a appris à camoufler sa réalité avec des mensonges, à déguiser des vérités ou à changer une version de son histoire pour mieux accommoder ou rassurer l’autre (c’est aussi parfois pour son propre confort de ne pas devoir vivre une conversation difficile). C’est correct, ça a été même parfois un mode de survie pour certain.es. Par contre, dans notre société actuelle, en tant qu’adulte, je ne crois pas que ça nous ait toujours réussi d’utiliser l’excuse du temps pour se défaire de nos obligations et nous détacher des gens.

Nous avons tout le monde (ou presque) déjà été blessés par des expériences passées, des vérités déguisées, des mensonges, des relations de confiance qui ont été brisées. Pour ma part, il m’a été souvent beaucoup plus blessant de savoir pertinemment que l’autre personne utilisait l’excuse du temps au lieu de me dire en toute honnêteté la véritable raison de son absence, de son annulation ou de son évitement. La vérité peut être parfois blessante, difficile à avaler, déstabilisante ou inconfortable temporairement, mais je la trouve en quelque sens réconfortante. J’ai une vision contraire à l’opinion populaire : je trouve que l’autre, avec sa franchise, nous estime et nous respecte assez pour avoir une discussion ouverte avec nous, même si ce n’est pas la chose la plus évidente quand on commence.

La notion du temps est très relative à chacun.e. Es-tu vraiment occupé.e lorsque tu dis que tu l’es? C’est une question à laquelle réfléchir. Qu’est-ce qui se cache derrière cette excuse? Pourquoi l’utilises-tu?

Plusieurs raisons peuvent nous mener à utiliser l’excuse du temps :

  • Vivre un mal -être émotionnel ou physique ou une surcharge mentale qui ne nous lâche pas depuis un court ou un long moment.
  • Ressentir un désintérêt pour l’autre personne.
  • Mettre ses priorités ailleurs actuellement.
  • Ne pas avoir de moyens financiers pour faire les sorties prévues.
  • Vouloir couper toute relation avec la personne.
  • Ne pas avoir l’envie de mettre de l’énergie ou du temps sur une personne.
  • Être dans un mood d’isolement.
  • Vivre une réelle surcharge de travail, d’études ou d’événements personnels dans une période X.
  • Avoir envie d’être seul.e parce qu’on est fatigué.e.

Ce n’est que quelques exemples parmi un éventail de raisons qui peuvent en être la cause. Toutes ces raisons sont valables et vous avez le droit de prendre les actions nécessaires pour vous prioriser dans ces scénarios. MAIS, je crois qu’il est temps qu’on ait des discussions plus transparentes entre nous et qu’on arrête de croire que notre interlocuteur ou interlocutrice va trouver suffisant comme discours répétitif que l’on est occupé.e quand cela fait 4 fois que l’on déplace une sortie café.

Il y a moyen, sans non plus rentrer dans les détails si nous n’avons pas envie de tout dévoiler sur notre situation, d’être davantage transparent avec les autres et d’expliquer qu’actuellement, ce n’est pas possible pour nous de prendre du temps pour une personne ou une sortie.

Voici 3 idées templates de discours qui peuvent être un bon début pour s’ouvrir plus franchement avec les autres. C’est seulement des lignes guides flexibles pour se donner une base sur laquelle s’appuyer.

  1. « Salut, je suis désolé.e d’être aussi distant.e et d’être parfois en mode radio silence depuis quelques semaines. Je vis actuellement une période d’isolement et de surcharge et j’ai vraiment besoin de garder mes énergies et mon temps pour moi-même. Je te ferai signe lorsque je me sentirai mieux. Merci de ta présence dans ma vie, tu es important.e pour moi. »
  2. « Salut, merci de m’avoir écrit à quelques reprises malgré mes réponses qui étaient plus ou moins en mode silence. Je sais que je t’avais dit que j’aurais aussi aimé qu’on se revoit une troisième fois quand je serais moins occupé.e, mais je préfèrerais en rester là finalement. Je te souhaite le meilleur, et prends bien soin de toi. »
  3. « Salut, je ne crois pas avoir l’énergie actuellement pour poursuivre notre relation. Je ne veux pas te créer davantage d’attentes et je crois que tu mérites d’avoir des gens qui prendront ce temps et cette énergie pour toi. Merci pour ces beaux moments dans le dernier mois. »

Prendre soin de soi commence selon moi en étant davantage en symbiose avec soi-même et honnête avec les autres. C’est aussi d’accepter la franchise des autres et de la valoriser si c’est vous qui recevez ce type de message. J’ai moi-même beaucoup de travail à faire à ce niveau.

On mérite tellement d’avoir des relations plus riches, plus solides, qui nous permettent de communiquer notre ressenti et nos besoins sans se sentir invalider dans notre démarche.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre