Menu

À toi qui as mal

À toi qui as mal, j’aimerais te dire que c’est correct. Peu importe les raisons, peu importe les circonstances ou la cause de ta souffrance. Je voudrais te dire qu’il n’y a rien que je puisse faire pour ôter, d’un seul élan, cette roche qui pèse en dedans de toi. Ce que je peux t’offrir est de l’ordre de la douceur; je peux ouvrir mes oreilles très grandes et, si tu le veux bien, partager avec toi cette charge que tu transportes. Je ne suis pas une chirurgienne qui saura précisément disséquer cette tumeur qui t’afflige. Mais je peux t’offrir d’être là, tout simplement. Sans forcer quoi que ce soit. Sans forcer de ma bouche ou de la tienne des mots qui, de toute façon, ne suffisent pas à exprimer ce que tu ressens.

On n’a pas envie, quand on a mal, de se faire dire que ça ira mieux, comme si c’était quelque chose de magique. On n’a pas envie de se faire dire que le temps va arranger les choses, qu’il faut être patient, que le meilleur reste à venir… C’est normal, on souffre. On n’a pas envie que l’autre, par ses paroles, invalide, caractérise ou diminue ce que l’on vit. Après tout, ce qui nous fait mal nous est unique, profond et intime.

Mais je voudrais te dire, si tu as continué à lire jusqu’ici, c’est que la souffrance, c’est comme le reste; c’est éphémère et en mouvement.

Sans prétendre comprendre ce que tu vis, je veux te dire que tu as traversé jusqu’ici plusieurs tempêtes et qu’elles ont toutes, à un certain point, laissé place au calme, à de la joie, à des parcelles de rires et de moments qui ont éclairé ton chemin. Tu es dans une tempête, mais la bonne nouvelle, c’est que le calme t’attend. C’est une question de physique, l’organisme tend à l’équilibre.

On m’a déjà dit que lorsqu’ils sont parachutés dans la nature, les humains augmentent toujours plus leurs chances de survie quand ils sont deux, puis trois, puis quatre. J’imagine que c’est la même chose pour les tempêtes.

À toi qui as mal, peu importe qui tu es, ce que tu as vécu, il y aura toujours quelqu’un avec qui le partager pour alléger ton sac à dos. À plusieurs, c’est moins lourd.

Il y a quelqu’un, quelque part, pour alléger ton sac à dos.

Tu n’es pas seul.e. On est là.

Vous ressentez le besoin de vous confier et vous désirez rejoindre une ligne d’écoute téléphonique de votre région? Consultez la liste des centres d’écoute membres de l’Association et n’hésitez pas à téléphoner. Ce service est gratuit, anonyme et confidentiel : https://www.acetdq.org

One thought on “À toi qui as mal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre