Menu

La première fois où je me suis aimée

Ah, l’amour! Un mot d’une grande puissance. Malgré qu’on soit enseveli d’amour à travers nos relations familiales ou d’amitié, on peut également se sentir incomplet lorsqu’on a de la difficulté à trouver une personne avec qui partager nos moments (comme bibi ici).

Seulement, l’amour ne s’arrête pas à celui venant de l’extérieur. Je sais que tu me vois arriver avec mes grands sabots. Non, je ne vais pas te dire que l’amour de soi remplace tout. Mais je pense que c’est important d’en parler parce que ça peut faire une différence dans tes choix de vie et il est facile à mettre de côté dès qu’on a un tant soit peu d’acceptation des autres.

Comme de fait, c’est seulement dernièrement, à 28 ans et des poussières que, pour la première fois, je me suis regardée dans le miroir (après m’être démaquillée) et je me suis dit : « T’es belle, fille! » Mais surtout, je l’ai ressenti au fond de moi. T’sais, ce sentiment de chaleur quand tu dis à une autre personne que tu l’aimes. Ce sentiment qui t’enveloppe de bonheur, je l’ai ressenti envers moi-même.

T’inquiète pas, j’ai pas une bulle au cerveau qui vient de me péter pour me demander en mariage. Mais j’ai envie de te dire que ça peut t’arriver à toi aussi. J’aimerais te dire que j’ai simplement arrêté de me soucier de ce que les gens pensent. Ça peut aider, mais ne plus prendre en considération le regard des autres ne te rend pas plus positif.ve envers toi-même nécessairement.

C’est plutôt quand je me suis donné le droit d’être moi. Le droit de ne pas être irréprochable et d’avoir des défauts. Quand j’ai accepté qu’il y a des jours que ça ne me tente juste pas… de rien.

C’est aussi de me donner le temps d’atteindre mes objectifs. D’essayer de vivre un jour à la fois, parce que même si je ne suis pas où je voudrais être, je vis et j’en profite. Si j’ai besoin de me retourner vers le passé, je vois aussi ma progression.

C’est juste d’arrêter de se battre contre soi-même.

Mine de rien, ce genre de pensées a fait son chemin dans ma tête pis c’est aller plus loin que le physique. J’ai appris à apprécier les côtés les moins séduisants de ma personnalité. J’accepte que des fois, c’est eux qui prennent le contrôle et que je vais passer une mauvaise journée (merci, tête de cochon…). Mais aussi, des fois, ils me sont utiles pour avancer (merci, tête de cochon!).

Donc soit un peu indulgent.e envers toi. La vie amène assez son lot de difficultés et de choix déchirants. Il y en a un facile à faire et c’est de te choisir toi.

Dernier conseil. Quand tu vas vivre un moment d’amour envers toi-même, prends le temps de le savourer et de l’apprécier, parce que je te le dis tout de suite, ça reste pas à l’infini. Mais je te jure que ça va te revenir en tête pour mettre un baume sur les jours où tu as juste envie de te mettre en boule dans ton lit.

Par Claudia Bossé

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre