Menu

Du bonheur à la fête de l’érable 2020

Les journées d’activités hivernales font partie de mes souvenirs d’enfance les plus chers. Je me souviens de ces journées de glisse, crazy carpet à la main, prête à descendre les montagnes de neige qui me paraissaient gigantesques. Je me souviens des forts de neige que l’on construisait pendant des heures juste pour avoir le plaisir de s’asseoir à l’intérieur. Je me souviens aussi de la joie de déguster un bâtonnet de tire sur la neige en regardant mes parents tout sourire, les joues collantes de sucre. Le bonheur de manger des grands-pères dans le sirop, un de mes desserts favoris, préparés par ma mère après une journée passée à m’amuser dehors. Le bonheur de partager autour d’une table un bon dessert fait avec du sirop d’érable avec la famille.

Qu’on vienne me contredire, la plupart des plaisirs de la vie sont associés à la bonne nourriture. Aux goûts riches et aux saveurs qui se distinguent. Chez nous, au Québec, la saveur qui se distingue est celle de l’érable. Elle est associée à bien des souvenirs heureux, à plusieurs recettes de nos grand-mères et de grands chefs et aussi à une grande industrie formée de gens passionnés.

Mercredi soir dernier, la Fab était invitée à la fête annuelle de l’érable. Une soirée des plus agréables où le bonheur était à l’honneur! En effet, une des organisatrices de l’événement a mentionné que la Fête de l’érable était organisée pour présenter aux médias les nouvelles recherches scientifiques sur les produits de l’érable. L’année passée, c’était l’occasion de célébrer la sortie du livre de recettes Incroyable Érable. Or, cette année, les membres de l’organisation souhaitaient simplement fêter cette belle industrie et ont donné pour thème à la soirée le bonheur. Avec les mauvaises nouvelles que l’on entend souvent, ça faisait du bien!

La formule du souper se présentait en 4 services.

Pour les entrées, nous avons pu déguster un potage de lentilles rouges à l’érable surmonté d’une quenelle de ricotta, pistaches et herbes fraîches, plat réalisé par le chef Olivier Perret du restaurant Renoir, ainsi qu’un tataki de thon albacore avec une émulsion érable et miso, poireaux, riz sauvage soufflé et caviar de truite, concoction du chef Marc-André Royal du restaurant Le St-Urbain.

Pour le plat principal, le chef Jean-Claude Chartrand du restaurant L’Orée du Bois nous proposait un plat de pithiviers de cailles, champignons shiitakes, érable et foie gras, sauce au Charles-Aimé Robert.

Et finalement, pour dessert, une délicieuse tarte à l’érable et rosettes du couvent, conçue par Dansereau Traiteur et inspirée d’une recette de sœur Angèle. Laissez-moi vous dire que j’ai presque léché les assiettes tellement c’était bon…





Crédits photos : Audrey Lebeau

Je trouve qu’il est important de dire que non seulement l’érable du Québec est une tradition bien ancrée, c’est également une industrie toujours plus grandissante qui emploie 11 300 acériculteurs et qui exporte ses produits dans plus de 63 pays! Soyons fiers de notre or du Québec!

#invitationmedia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre