Menu

Réflexion sur la vingtaine

C’est dans la vingtaine que nous faisons des choix pour nous. Que nous décidons quelle sorte de personne nous allons devenir, quelle sorte de citoyen.ne nous voulons être. Que nous l’acceptions ou non, la vingtaine est une période décisive de nos vies et de notre vie adulte, peu importe ce que les « gens » diront. Mon père, mettons, m’a dit récemment : « Ben là, je comprends pas pourquoi tu stresses de même. Ce ne sont mêmes pas les plus belles années de ta vie! Attends juste d’avoir 30 ans, là tu vas être accomplie. » Justement, c’est ça. Pour se rendre à 30 ans, il faut vivre nos 20-ish années.

À l’époque de nos parents et de nos grands-parents, il était tellement facile de se démarquer. Les études finissaient après le CÉGEP, les passages à l’Université étaient plus rares, et il était plutôt commun de se marier et d’avoir des enfants dans la vingtaine. Maintenant, tout le monde va à l’université. Les jeunes commencent à vivre leur vie après le BAC, à 22 ou 23 ans, ou même après leur maîtrise ou leur doctorat, encore plus tard que ça. En y ajoutant les voyages d’exploration, les stages de carrière et les expériences parascolaires. Plus les amis, nos fréquentations, nos emplois du moment. Soyons sérieux, on dirait que la vingtaine de nos parents est aujourd’hui vécue à 30 ans. Tout semble arriver plus tard.

Et avec les réseaux sociaux, il est tellement facile de se comparer. Se comparer avec ta vieille amie qui vient de se fiancer avec son chum de cinq années. Avec ton ancien collègue de ton secondaire qui fait du bénévolat, complète son MBA à McGill et dirige une compagnie depuis 3 ans (comment il fait ça?!). Ou même ton voisin de classe à l’uni, qui a réussi à se trouver la job de ses rêves alors que toi, tu n’y arrives pas.

Sans l’existence d’Internet, il semblait plus facile de vivre sa vie en paix. De pouvoir résister et de ne pas écouter cette petite voix qui te fait pression. « Pourquoi tu n’y arrives pas, toi? Pourquoi n’es-tu pas capable de suivre ton plan si bien organisé? De réaliser tous tes plus grands rêves? » Cette petite voix qui te dénigre et qui t’écrase, peu à peu.

Nous sommes trop jeunes pour nous résoudre à être « juste assez correct ». Il est facile de rester dans le confort, la sécurité et l’immobilité, et parfois, ça paraît plus simple. Mais vous savez aussi bien que moi que nous ne pouvons éviter de consacrer du temps et de l’acharnement, et plonger miraculeusement dans la vie de nos rêves. Ça ne fonctionne pas de cette manière, malheureusement.

En 2020, je vais prendre une chance. Prendre une chance d’avancer. Parce que la vingtaine, elle sert à se chercher, et se trouver. Notre but d’exister, notre POUR-QUOI, la raison nous sommes sur cette terre. De se demander enfin, « câline, qu’est-ce que je fais ici? Qu’est-ce que je veux pour moi et mon existence? Qu’est-ce que je vis? », plutôt que de vivre comme un robot, en suivant le rythme de la foule et les pas lourds de nos parents.

Il y a tout un cheminement qui n’attend que nous.

Et il est important de se rappeler que nous vivons notre vie dès maintenant. Il faut réfléchir, critiquer, se questionner et y travailler. Qu’il est important de vivre dans le présent et de rectifier nos besoins et notre bien-être. Ce n’est pas à 30 ans que nous pouvons nous permettre de commencer à vivre notre vie.

C’est là. Maintenant.

Par Claudie Arsenault

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre