Menu

Ce qu’il y a de beau, malgré tout

Je suis hypocondriaque. Je suis germophobe (ou virophobe, ou nosophobe, ou toutes ces réponses — tu vois ben que je suis hypocondriaque). Pis je suis anxieuse. Tu l’auras compris, depuis le vendredi 13 mars, je passe un genre de mauvais moment.

Une personne qui me connaît apparemment un peu trop bien et qui se soucie de moi m’a envoyé un article scientifique sur des façons de gérer son stress en période pandémique. Le premier conseil qu’on y donne : pratiquer sa tolérance à l’incertitude. L’intolérance à l’incertitude nous rendrait plus prompts à verser dans l’anxiété. Si on se pratique régulièrement à affronter l’incertitude, on se rend moins vulnérable. L’article suggère de commencer avec des petits gestes, comme partir en randonnée sans avoir vérifié la météo. J’ai beaucoup ri : j’ai trois applications de météo sur mon cellulaire. Moi, quand je pars en randonnée, je fais du croisement de données météorologiques. Te dire à quel point je suis pas prête pour l’incertitude.

Malgré tout, j’ai des moments de grâce : si des périodes comme celle qu’on traverse actuellement nous font voir tout ce qu’il y a de laid dans l’être humain, elles permettent également de voir tout ce qu’il y a de beau.

L’entraide.

La solidarité.

La bienveillance.

Pacini a pris la décision de fermer tous ses restaurants. Pour ne pas gaspiller de nourriture, ils donneront leurs surplus aux banques alimentaires.

Les libraires, le site transactionnel des librairies indépendantes du Québec, a décidé d’offrir un service de livraison à domicile, service dont je souhaite me prévaloir depuis que Rupi Kaur a lu des extraits de Milk & Honey dans ses stories Instagram.

Elliott & Lily, un centre d’adoption et une boutique de fournitures pour chiens et chats, a annoncé sur sa page Facebook avoir organisé un service exceptionnel de livraison gratuite pour sa clientèle qui doit ou désire restreindre ses déplacements.

Des éditeurs scolaires mettent en ligne le contenu de leurs manuels pour ceuzes qui ont le courage de faire l’école à la maison.

Vidéotron ne calcule plus la consommation de données de sa clientèle. Tous celles et ceux qui font du télétravail n’auront plus à se soucier de la limite de leur forfait internet.

Météo Chicoutimi profite de sa plateforme pour offrir de la publicité aux entreprises locales qui souhaitent faire connaître leur offre de service « spécial pandémie ».

Des quartiers organisent des chasses aux arcs-en-ciel pour divertir les enfants.

Le café Bonté divine offre des lattés aux paramédics et au personnel hospitalier.

Des studios de yoga, comme Anahata Bonheur & Yoga, mettent en ligne des cours accessibles à toute la communauté.

L’Orchestre symphonique de Montréal diffuse des concerts en ligne.

On est seuls, mais on est tous ensemble. On n’arrête pas de dire qu’on court après le temps, ben l’Univers nous a entendus et il nous en donne plein, du temps. Ce n’est pas comme ça qu’on l’attendait et on est tous.tes un peu pris.es au dépourvu, mais on a du temps. Du temps pour ralentir. Du temps pour prendre des nouvelles de ceux qu’on aime, tout en respectant les consignes de sécurité. Du temps pour plonger au fond de nous-mêmes, question de voir si on n’aurait pas un p’tit ménage à faire là aussi. Et du temps, plein de temps, pour se placer une coche au-dessus de nous-mêmes et pour faire ressortir le plus beau de l’humanité.

Prends soin de toi. Prends soin des gens que tu aimes. Et propage l’info, pas le virus.

Crédit photo: Max Di Capua, Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre