Menu

À mon rebound, j’m’excuse

Je ne te l’ai pas dit concrètement que tu avais été un rebound, mais je pense que tous les deux, on le savait. Tu savais que je l’avais eu rough pis que je n’étais pas prête à m’embarquer dans rien. Tu as été un baume sur mon cœur pis un de luxe à part de ça. Un baume qu’on n’ose pas gaspiller et dont on utilise une fine couche à la fois afin d’en avoir le plus longtemps possible. Mais aucun baume ne pourra réparer toutes les fissures présentes sur mon cœur. Pis toi bin, tu méritais plus que ça, plus que moi.

Tu t’es attaché (trop) vite, j’ai eu peur et je suis partie. Les semaines ont passé, quelques messages textes par-ci, par-là, rien de plus. Jusqu’à ce qu’un vendredi soir je pense à toi et que je te demande de faire de quoi ensemble. Il était tard, on ne savait pas trop. T’as proposé un road trip à 9 h le soir, déjà là, je trouvais ça cool. On a roulé jusqu’au Nouveau-Brunswick et on ne trouvait pas d’hôtel, c’était plein partout. On a fait pas loin de 20 appels pour trouver une chambre libre et ton anglais m’a charmé. C’était banal comme périple, mais j’ai ri comme ça faisait longtemps que je ne l’avais pas fait. On a réussi à trouver une chambre à un motel crade sur le bord de l’autoroute. De ce qu’on a compris, c’est un ancien parc aquatique en ruine. Honnêtement, digne d’un film d’horreur où le proprio met des caméras dans les chambres pour espionner ses clients. Par chance, on a survécu.

Le temps passe… Une soirée fondue, une ride en 4-roues, ton premier je t’aime. Tu savais que je n’étais pas prête et que je prendrais mon temps, tu ne m’as rien demandé et tu m’as respecté jusqu’au bout et je t’en remercie profondément. Le problème a été que je ne me suis pas écoutée, je me suis dit qu’en faisant le move, je deviendrais prête. J’ai espéré le devenir dans tes bras au lieu de le devenir pour vrai. Les mois ont passé et ça ne se passait tellement pas comme un début de relation devrait se passer. Nos caractères ensemble n’allaient pas, on se pognait tout l’temps pis pour n’importe quoi. C’était lourd… Fek j’ai pris la décision de mettre un terme à notre relation. Par principe pour moi et pour te soulager toi… Ce n’était pas facile de vivre avec quelqu’un comme moi. Je suis brisée un peu, tu le sais. Je t’ai brisé encore plus me diras-tu, mais au fond c’est pour le mieux.

Je sais que tu m’en veux de t’avoir utilisé, encore plus que je ne peux me l’imaginer. Tu me l’as dit clairement. Je sais que tu étais amoureux de moi pour vrai et que tu y croyais. Je sais que tu penses que je n’ai pas essayé assez fort, que je n’ai pas assez parlé de mes émotions, que j’ai été lâche. Tu n’as pas tout à fait tort. J’avais besoin de guérir mes démons du passé, ils ne l’étaient pas même si j’affirmais le contraire. Nous avons continué de prendre des nouvelles l’un de l’autre, de ne pas couper 100 % les ponts. Ça m’a fait du bien de garder contact, vraiment.

Maintenant, tu as pris la décision de tourner la page complètement, pour toi et pour moi. Tu m’as avoué que c’était trop dur pour toi de faire semblant que tu allais bien et que tu avais surmonté ta peine alors que non. J’ai eu un pincement de savoir que notre courte histoire se terminait officiellement. Je te comprends (plus que tu penses). Je voudrais seulement te dire merci, merci de m’avoir fait rire, de m’avoir fait vivre de nouvelles expériences, de m’avoir écouté, de m’avoir consolé. Merci d’avoir laissé une belle place dans ton cœur pour moi. Je ne vais pas t’oublier. Tu resteras gravé dans mon cœur à jamais même si tu aurais voulu y être plus longtemps. Je te souhaite d’être heureux dans ta vie, de trouver une personne qui va t’aimer tellement fort que tu en auras mal. Tu es une personne extraordinaire, à l’écoute des autres, généreux et bon. Oui… t’es un bon gars. Tu m’as fait du bien et je t’en serais éternellement reconnaissante.

Encore une fois, j’m’excuse pour tout.

Encore une fois, merci pour tout.

Ceci est mon expérience. Je ne me sens pas bien d’avoir fait mal à une personne prête à tout pour moi. J’ai déjà été un rebound, je sais ce qu’on ressent. Il en aura certainement un à son tour, car il ne veut plus s’attacher. C’est un cercle vicieux à mon avis. J’ai appris et plus jamais une personne ne servira de baume à mon cœur brisé. À toutes les personnes qui se reconnaissent en moi ou en lui, le temps fait bien les choses. Lâchez prise et vous verrez.

Anonyme

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre