Menu

Être un.e adulte

Quand j’étais plus jeune, j’avais hâte de devenir adulte. Il suffit de regarder le film 13 ans bientôt 30 pour s’en souvenir. J’avais hâte d’avoir ma voiture, mon chez moi, d’avoir compléter mes études, d’obtenir mon emploi, d’avoir ma liberté. Bref, d’être une grande personne. Une dizaine d’années plus tard et voilà, pas besoin d’une poudre magique, je fais enfin partie de la catégorie adulte. Pourtant, je ne me sens pas adulte.

En fait, je ne m’étais pas questionnée à ce sujet jusqu’au moment où une bande de filles âgées autour de 18 ans m’ont appelé Madame lors d’une soirée au restau. Ouff, c’est comme une claque dans face. Alors que j’ai toujours eu l’habitude d’avoir l’air plus jeune à cause de ma babyface, là il venait de se passer le contraire. Je me suis regardée un instant dans le miroir. Avec mon rouge à lèvres, mes cheveux bien arrangés et mon one piece chic noir, j’avais définitivement un air plus sérieux, plus adulte.
C’est quand le moment durant lequel on se sent adulte? Il y a des moments précis pendant lesquels je me sens comme tel. Comme à mes 18 ans, j’ai pu jouir des avantages de la majorité comme acheter de la loterie, consommer de l’alcool et voter. Maintenant que j’ai 24 ans, j’ai de plus grandes responsabilités et je dois faire des tâches, comme payer mon compte d’hydro, faire mes impôts, trouver des assurances, etc. Toutefois, de façon générale, je ne me sens pas comme une adulte.
Peut-être c’est parce que ma vision d’un adulte est quelqu’un de très sérieux,  caractéristique que j’ai toujours trouvée très intimidante. Il y avait donc une relation de pouvoir qui se créait dans ma tête juste par ma perception de la personne sans que celle-ci le ressente. Je me sens toujours petite lorsque je suis entourée de personnes sérieuses. C’est sûrement l’impression qu’ils veulent donner ces gens-là.
Peut-être aussi que je refuse simplement d’être une adulte. Je vais toujours conserver mon cœur d’enfant et ma naïveté parce que, malgré que ça décourage les plus sérieux, ça fait rire ceux qui ont la même joie de vivre que moi.
Et si je suis une vraie adulte, alors on peut dire que ma perception d’un adulte n’était définitivement pas la bonne. On voit les choses différemment avec le temps.
Source : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre