Menu

Je ne me lave pas les cheveux : mon histoire de « no poo »

« Tu ne te laves pas les cheveux? Genre… jamais? »

La réaction des gens quand je leur avoue que, effectivement, je ne me lave pas les cheveux, est toujours assez divertissante. Leur visage affiche souvent un mélange de surprise, de curiosité et de dégoût, et leur regard dévie inévitablement vers ma crinière blonde pour voir si j’ai la tête de quelqu’un qui aurait vécu les cinq dernières années dans la jungle, avec des dreads et une croûte de sébum de la taille de ma main.

Non, je ne me lave pas les cheveux. Depuis 2015, j’ai éliminé le shampoing à la fois de ma liste de courses et de ma salle de bain. Mais surtout, mes cheveux s’en portent très bien.


Crédit photo : Marion Gingras-Gagné

Avant de continuer, je dois être tout à fait honnête : je me lave DES FOIS les cheveux, mais on parle d’une fois ou deux par année, lorsque je rends visite à ma coiffeuse – je n’ai pas encore franchi le pas de lui demander de ne pas le faire. Il m’est aussi arrivé de les laver lors d’événements extraordinaires. Mais c’est tout.

Mon histoire de no poo a commencé lorsque j’étais au secondaire. À cette époque, je me lavais les cheveux tous les matins sans exception. Mes cheveux fins devenaient gras très vite et je ne pouvais pas passer une seule journée sans les passer au shampoing. J’avais essayé d’espacer mes lavages, mais mes cheveux devenaient lourds et laids. Cette époque me rappelle plusieurs moments désagréables, lorsque je dormais chez des amies ou que j’étais en camping ou en voyage, car je devais supporter mes cheveux gras plus longtemps qu’à l’habitude.

Puis vint mon voyage au Sénégal, en 2013. Il faisait si chaud – la température moyenne frôlait les 45 degrés – que mes cheveux étaient dégueulasses, que je les lave ou pas. J’ai donc décidé de tenter une expérience et de ne pas me laver les cheveux pendant plusieurs jours, portant de toute manière un bandeau ou un chapeau contre le soleil pour les cacher.

Magie. Après deux mois à me laver très peu les cheveux, tout avait changé. À mon retour à Montréal, je pouvais tenir cinq jours entre chaque lavage et mes cheveux étaient plus beaux que jamais.

Un autre été, en 2015, j’ai voulu tenter un nouveau défi et repousser le plus possible mon lavage de cheveux. Tous les jours, je me brossais les cheveux avidement (la méthode des cent coups de brosse) et je les rinçais à l’eau. Ensuite, je me regardais dans le miroir et je déterminais si ça passait. Pendant cette période, j’arrivais à tenir trente jours sans me laver les cheveux. Plusieurs mois plus tard, j’ai juste arrêté de les laver complètement. Depuis ce temps, je me lave les cheveux à l’eau seulement, quelques fois par semaine.

Peut-être es-tu sceptique. Je te comprends parfaitement. Lorsqu’on lave ses cheveux tous les jours, comme je l’ai fait pendant longtemps, il est difficile d’entrevoir de tout laisser tomber un jour. Ça semble irréaliste.

Je ne suis pas une spécialiste du cuir chevelu, mais j’ai quand même observé certaines choses depuis le début de ma démarche. D’abord, lorsqu’on cesse de se laver les cheveux, ceux-ci ne deviennent pas plus gras à l’infini. Ce n’est pas un processus d’accumulation. Après un certain temps, les cheveux changent et finissent par ne plus être gras du tout. Dans une certaine mesure, il faut passer à travers la période critique des cheveux gras pour atteindre un autre état. La clé, c’est qu’il faut retrouver le contrôle du sébum, celui qui protège nos cheveux. Les shampoings que l’on trouve dans les commerces éliminent le sébum des cheveux, mais puisque ceux-ci en ont besoin, ils en produisent encore plus, et c’est-ce qui fait que les cheveux deviennent de plus en plus gras lorsqu’on les lave beaucoup. C’est un peu une roue sans fin. Lorsqu’on arrête de se laver les cheveux, ceux-ci se remettent à produire une quantité normale de sébum et sont moins gras. C’est pour cela que l’on recommande de bien se brosser les cheveux, au début du processus de no poo. Il s’agit d’étendre le sébum qui s’accumule aux racines jusqu’aux pointes, pour rétablir l’équilibre.

Avec le no poo, mes cheveux ont définitivement plus de corps et de volume. Et ils me demandent beaucoup moins d’entretien qu’avant. Mais mon plus grand gain est définitivement la liberté. Je ne suis plus prisonnière de mon shampoing du matin, je peux voyager sans tracas, me réveiller chez des amies sans craindre l’état de mes cheveux et je peux sauter un matin de lavage à l’eau lorsque je suis pressée. D’autant plus que c’est drôlement économique. Jamais je ne reviendrai en arrière.

Voilà, c’était mon histoire de no poo.

Ça t’intéresse? Voici quelques trucs pour commencer.

  1. Espacer les shampoings. Le mieux est de faire un traitement choc, c’est-à-dire de s’offrir un long moment sans lavage, comme un été, un voyage, un séjour de quelques semaines, etc., pour briser la routine.
  2. Se brosser les cheveux vigoureusement, tous les jours. Après une semaine, tu verras que déjà, le gras des racines disparaît
  3. Remplacer le shampoing traditionnel par des options naturelles. Pendant quelque temps, au début, je me lavais les cheveux au bicarbonate de soude. L’idée est, encore ici, de rétablir l’équilibre des cheveux.
  4. Consulter internet. Une simple recherche sur Google ou YouTube donne à voir une foule de témoignages, trucs, conseils. C’est enrichissant et… on se sent moins seule!

Alors… tu commences quand?

Crédit photo de couverture : Tim Mossholder, Unsplash

One thought on “Je ne me lave pas les cheveux : mon histoire de « no poo »

  1. Ça m’intéresse vraiment, je me pose plein de questions sur mes cheveux en ce moment, ce qui m’inquiète est l’odeur …
    Pouvez-vous me dire comment cela s’est passé avec ce détail qui m’apparaît primordial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre