Menu

Ce que j’aimerais te dire

Jamais je ne croyais être confrontée à une situation comme celle que l’on vit présentement. J’aurais aimé pouvoir m’y préparer, mais elle est arrivée un peu sournoisement, sans vraiment prévenir. Et même si je m’efforce d’être forte au quotidien, il y a tant de choses que j’aimerais pouvoir te dire à toi, ma fille.

J’aimerais te dire à quel point toute cette situation, cette pandémie, me déstabilise. À quel point je me sens impuissante face à tout ce qui se passe. À quel point ne pas avoir de repères me fait parfois paniquer. À quel point c’est gros, bien plus que tu ne peux te l’imaginer dans ta petite tête d’enfant (et clairement, c’est mieux ainsi).

J’aimerais tellement pouvoir te répondre lorsque tu me demandes quand cette tempête se terminera, mais je n’en sais rien. Personne ne le sait, en fait. Et tout cette incertitude, cet inconnu, c’est angoissant. J’aimerais te dire qu’il m’arrive d’avoir la gorge serrée, même si je ne peux rien laisser paraître.

J’aimerais te dire que je suis en colère. Je suis en colère contre ce virus de nous faire vivre tout ça. Mon cœur de maman trouve ça tellement injuste de devoir confiner des enfants et mettre leur vie sur pause. Je suis en colère parce que j’ai l’impression que cette pandémie vous vole une partie de votre enfance, à ta sœur et toi.

J’aimerais te dire que parfois, quand tu es couchée, je pleure. Je pleure parce que je suis épuisée. Physiquement, mentalement. Parce que travailler 7 jours sur 7 depuis le début de la pandémie en plus de jongler avec une garde partagée, c’est loin d’être évident. Parce que même si je fais de mon mieux pour concilier mon travail et mon rôle de mère, j’ai parfois l’impression de ne pas être à la hauteur. J’aimerais tellement pouvoir être plus présente et vous accorder davantage de temps, mais ma réalité ne me le permet juste pas.

J’aimerais te dire que bientôt tu pourras retrouver ta petite vie là où tu l’as laissée il y a de ça quelques semaines. Que tu pourras jouer avec tes amis, les serrer dans tes bras comme tu aimes tant le faire. Que tu pourras bientôt retourner à l’école, qu’on pourra aller au parc, faire des pique-niques entre amis. J’aimerais tant pouvoir te promettre que dans quelque temps tout redeviendra comme avant, mais rien ne sera probablement plus pareil, du moins, pas dans un avenir rapproché.

Un jour, dans quelques années, je pourrai tout te dire. Je pourrai te raconter à quel point ce fut pour moi un moment épuisant et stressant. Mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui, je dois être la maman forte qui fait son possible pour ne pas perdre pied dans toute cette tornade. Je dois être la maman positive qui vous couvre d’amour et qui s’efforce de remplir vos journées de petits bonheurs afin que de votre côté, vous n’ayez que de bons souvenirs de cette période un peu particulière de votre vie.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre