Menu

Le confinement avec mon enfant unique

Attention : ce texte pessimiste a été écrit par une mère dans un moment de découragement.

Par moment, je trouve que ma fille de 4 ans fait pitié, littéralement. Son dernier contact avec une personne de moins de 30 ans date du 13 mars dernier, jour où on a annoncé la fermeture des milieux de garde et des écoles.

Au début, c’était drôle et agréable, le même constat que tout le monde. Après plus d’un mois et demi, on a pas mal fait le tour des bricolages et on manque d’idées. Les questions arrivent aussi… Quand est-ce que je vais voir des amis? Pourquoi je ne vais plus à la garderie? Le coronavirus est-tu parti, là? Sur un ton un peu plus accusateur, elle me rappelle aussi qu’elle aimait ça, la prématernelle, et qu’elle veut voir les amis. Trop jeune pour tout à fait comprendre, mais assez vieille pour réaliser que quelque chose cloche. Assez vieille pour ressentir l’ennui et pour avoir des souvenirs de ses amis, pour se rappeler le fameux « avant » dont tout le monde parle.

Quand elle observe par la fenêtre les voisines d’en bas jouer dehors en me demandant si elle peut y aller, mon cœur fend. Je sais qu’elle commence à être à bout aussi par moment, son caractère ressort, elle est irritable et les crises augmentent. Faut avouer que moi aussi je suis tannée, alors je n’aide sûrement pas la situation. J’ai beau la divertir comme je peux, il lui manque clairement quelque chose que je ne peux pas remplacer.

Un enfant unique durant le confinement, c’est un poids supplémentaire. Probablement que les fratries se chicanent plus que jamais, mais ça leur fait déjà ça de plus pour les occuper! Et certainement qu’ils ont aussi des bons moments, qui redonnent leurs notes de noblesse au fait d’être après tout « en congé ».

J’en peux plus de la placer devant un film, que Netflix me demande « Are you still there? » en gelant l’émission parce que ça fait 3 épisodes en ligne qu’on se « tape ». Le beau temps et la chaleur du printemps sont où, sérieux? La météo a mal choisi son année pour battre des records de froid. Faire du vélo à -2, c’est assez ordinaire et la ride prend fin assez vite! Ne mentionnez pas Facetime : quand tu as 4 ans, ça t’occupe à peu près 30 secondes et ça n’a rien à voir avec un contact humain.

Sa fête s’en vient, je l’ai bien préparée même si elle en parle depuis le temps des Fêtes : il n’y aura finalement ni fête d’amis ni visite au centre d’amusement. Une déception supplémentaire qu’elle a vite ravalée, comme toute les fois où je lui dis qu’« on ne peut pas voir les amis tout de suite ».

Je prie pour elle, pour qu’on n’ait pas à endurer le confinement tout l’été.

Crédit photo: Marie-Eve Lusignan

One thought on “Le confinement avec mon enfant unique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre