Menu

Se sentir bien au cœur de la tempête

Se sentir bien au cœur de la tempête

Quand la panique nous prend au cœur, la première réaction que nous avons n’est souvent pas la plus rationnelle. Toutefois, il ne faut pas perdre le cap sur notre santé mentale et physique malgré tout. Ce n’est pas parce que notre « papa nous prive de sorties » qu’on doit négliger de prendre soin de nos besoins immédiats. Il faut s’adapter. Même quand tout nous semble noir à l’extérieur, il y a toujours une part de lumière que nous pouvons retrouver en nous.

Dans cet article, je vous donnerai quelques conseils pour arriver à cet état d’esprit face à l’incontrôlable qui stresse notre ego qui tient toujours à avoir le contrôle, qui tient à ses habitudes. Essayons de le déjouer ensemble.

***

L’école de la vie

1… 2… 3… on bouge!

Il faut bouger. Le printemps est à nos portes. Il commence à faire beau dehors. Prendre une bonne marche avec vos enfants ou leur permettre de courir dehors et de dépenser leur énergie dans votre cour est un bon moyen de passer le temps et de s’amuser tout en gardant une bonne santé. Faire des exercices en écoutant la télé, par exemple, ou danser sur des airs rythmés, que chacun peut choisir à son tour selon ses préférences, est bien aussi. Le net regorge d’entraîneurs qui peuvent vous donner des idées d’exercices à faire chez vous… sans nécessiter une tonne d’appareils de gym!

Bon appétit

Mangez de manière équilibrée dans le plaisir. Satisfaire notre appétit du cœur autant que du corps est recommandé. Faites participer vos enfants à la cuisine, montrez-leur comment utiliser au maximum les restes dans le frigo pour faire, par exemple, une soupe pour sauver les légumes. C’est le temps de créer des jeux pour rendre la tâche plus amusante! Pourquoi ne pas leur donner des tâches précises : un s’occupe de l’entrée, l’autre de choisir le dessert et l’autre accompagne maman ou papa pour le repas principal. Faites-en un jeu, un théâtre! Faites-leur imaginer, exemple, qu’ils sont des chefs cuisiniers et des serveurs du restaurant au nom de leur choix. Dites-leur que leurs clients veulent telle ou telle saveur ou ne veulent pas tel ou tel autre aliment et demandez-leur d’être créatif. Proposez-leur de créer avec vous un menu du jour et aidez-les, au besoin, à le mettre sur papier si vous voulez rendre le jeu plus officiel. Mettez encore de la musique pour vous entraîner. Dansez en mélangeant vos plats, vous mettrez de l’ambiance qui fera sans doute rire jeunes et moins jeunes dans votre maison. 

Quitter le pilote automatique

Proposez-leur de photographier leur repas pour l’envoyer sur leurs réseaux sociaux pour partager avec leurs amis trucs et astuces sur ce qu’ils ont pu créer avec des ingrédients qui restaient dans le garde-manger ou le frigo pour donner CE résultat. Rendez-les fiers de donner des conseils culinaires à leurs amis via les réseaux sociaux. Vous pouvez faire de même.

Mangez en famille. Arrêtez le temps et remerciez pour la nourriture que vous avez et la belle famille qui vous entoure. Faites prendre conscience à vos enfants comment l’odeur des aliments qui cuisent peut donner l’eau à la bouche. Goûtez les arômes du fruit de votre travail d’équipe en dégustant lentement. Mangez en essayant d’écouter le plus possible vos signaux de satiété (ce qu’il nous faut pour que notre corps ait son énergie et ses besoins), tout en n’oubliant pas qu’une petite gâterie de temps en temps est bonne pour le moral! Partagez en famille. Racontez-vous des histoires de votre cru ou des blagues. Riez.

***

Se faire un horaire

Essayez d’inculquer à vos enfants et à vous-même un horaire. Un moment de la journée attitré pour des apprentissages plus intellectuels : lecture, jeux de société, scrabble, mots mystères, sudoku, etc. Un autre moment pour planifier et faire les repas. Un autre pour créer un jeu entourant le ménage des chambres du genre : « dans 20 minutes, je veux que tu aies au moins rangé 10 éléments de ta chambre, puis maman viendra t’aider pour la suite » et y aller ainsi avec des défis qui stimuleront leur travail. Faites une rotation des tâches pour que vos enfants ne soient jaloux d’un frère ou d’une sœur qui aurait, soi-disant, moins de tâches qu’un autre. Rappelez-leur que vous les aimez et qu’il faut vivre un jour à la fois.

Proposez-leur de faire un dessin pour grand-maman ou grand-papa qu’ils pourraient envoyer par la poste ou proposez-leur de les appeler, que ça leur ferait plaisir.

Le soir, demandez-leur d’écrire ou de vous dire ce qu’ils ont aimé ou moins aimé de leur journée, ce qu’ils aimeraient faire le lendemain, etc. Demandez-leur de mettre un émoji qui exprime comment ils se sentent ou de le dessiner et voyez s’il y a de la détresse. Faites aussi l’exercice! Soyez créatifs. Écrivez vos moments de gratitude et ce que vous pourriez faire pour innover, pour changer vos idées et faites-vous un espace « rêves » dans votre carnet que vous faites de vous et de vos enfants pour quand la tempête se calmera. Mettez-vous aussi un émoji ou un nom sur l’émotion qui vous traverse en ce moment. Faites le suivi à chaque semaine et, au besoin, faites un caucus familial pour arranger telle ou telle chose qui vous dérange ou qui dérange vos enfants, et ce, pour garder une ambiance des plus posées. Pour changer, feuilletez des revues et découpez ou dessinez ce qui vous plaît. Riez encore.

Bien sûr, ne soyez pas trop sévère avec eux ou avec vous-même. Laissez-vous des moments où chacun de votre côté, enfants comme adultes, vous prenez du bon temps pour vous. Donnez-vous des journées plus libres sans horaire où vous pourrez vous détendre. Ça fera du bien à tous de ne pas non plus se sentir toujours contraints de faire quelque chose de « productif ».

***

En bref, se sentir bien au cœur de la tempête, c’est se demander : quand le stress a envie de prendre le dessus, est-ce que je peux faire quelque chose de plus? Ai-je fait tout ce que je pouvais pour rester en sécurité? Si oui, dites-vous que dans l’immédiat, vous ne pouvez pas faire davantage et faites-vous une nouvelle routine saine pour que vous et votre famille restiez en santé. Paniquer dans le cœur de la tempête ne sert à rien, ça ne va que l’amplifier et détruire votre foyer comme lorsqu’une tempête brise tout sur son passage. C’est dans un cheminement intérieur passant par je ne sais combien d’émotions que je vous ai rédigé cet article, qui j’espère, saura teinter quelque peu votre quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre