Menu

Éducatrices à la rescousse

Être éducatrice, c’est soigner les bobos

Être éducatrice, c’est être une deuxième maman, une épaule, une personne sécurisante, une amie avec qui jouer.

Être éducatrice, c’est une vocation.

C’est voir leur réaction sincère quand ils nous voient. Recevoir des je t’aime, des câlins. Dealer avec des personnalités fortes, des personnalités vulnérables et jouer avec leurs forces et leurs faiblesses sans jugement.

Maintenant en période de confinement, on est démunis d’équipement face à des cocos qui ne demandent que de l’amour et de l’attention.

Pas de caresses, pas de marques d’affection.

Plusieurs enfants sont limités dans leurs déplacements.

La distanciation sociale est impossible.

On est les héroïnes oubliées, on est là depuis le début.

On donne le meilleur de nous, on offre un soutien, notre temps malgré la peur qui nous ronge.

On tente de leur donner un sourire, malgré le temps plus difficile.

On se dévoue corps et âme, mais le risque est présent et nous guette à chaque instant.

On se met en isolement si un enfant fait de la fièvre, on essaie de lui faire des mimiques pour pas que ça paraisse. De rester positive, malgré un masque qui cache notre visage.

Les enfants veulent retrouver leurs amis, leur stabilité, leur éducatrice aimante.

Même si tu dis que les enfants ne comprennent pas, je te confirme qu’ils ressentent le stress et la peur des adultes. Mais ils ne comprennent pas pourquoi on doit nettoyer leurs jeux dès qu’ils ont fini et qu’on leur dit de ne pas trop s’approcher des autres.

On tente de faire des miracles avec l’impossible.

Moi, aujourd’hui, je fais un hommage à toutes ces perles qui devraient être reconnues.

L’environnement n’est pas rose et notre plus grande paye est de voir le sourire des enfants, et non la paye qui va dans notre compte.

Alors, il est temps de lancer des fleurs aux éducatrices de nos enfants et de leur dire merci.

Oui, on a choisi notre métier, mais on n’a pas choisi la situation actuelle qui ne nous protège pas.

Merci mille fois. Ça va bien aller, sauf que…

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre