Menu

Avoir su

Combien de fois on s’est dit « avoir su »? Combien de fois on se retourne vers le passé et on souhaite avoir fait les choses différemment? Pis on le sait que ça sert à rien, parce que c’est passé, pis on ne peut rien y changer, mais on le fait pareil.

J’ai l’impression parfois de m’être fermé des portes, parce que je pensais me connaître alors que ce n’était pas le cas, parce que je me cherchais, parce que je doutais de mes capacités. 

En même temps, je refuse que mon « avoir su » soit une finalité. Parce qu’il n’est jamais trop tard. Parce que je refuse de vivre avec des regrets. Parce que je me souhaite plus que ça. 

Je ne dis pas qu’il n’y en aura plus, de regrets : ce serait irréaliste. C’est peut-être vrai que je me suis fermé des portes, mais je ne les ai pas barrées. Je n’étais peut-être pas prête, ce n’était peut-être pas quelque chose qui me tenait tant à cœur à ce moment-là, ou peut-être que j’ai changé d’idée. Peu importe, l’important c’est que j’apprenne de mes « avoir su ». 

Pis ce que j’ai appris, c’est que je suis plus forte que je le pense. Que je dois écouter ma petite voix qui me dit « oui, tu peux! », pas celle qui me rabaisse. Parce que dernièrement, j’ai accompli des choses que, si on m’avait fait parier il y a quelques années entre le fait que j’allais les réussir ou qu’il y aurait des voitures volantes aujourd’hui, je n’aurais même pas hésité à mettre tout mon argent sur la dernière option. 

J’ai aussi appris que je suis un peu (beaucoup!) impatiente d’en arriver aux résultats. Quand je jette mon dévolu sur quelque chose, je le veux tout de suite. Pis quand ça n’arrive pas assez vite à mon goût, je me trouve un nouvel objectif atteignable plus rapidement. Pourtant, encore une fois, dernièrement, j’ai été persévérante et ça a payé. 

J’ai appris que j’ai évolué (duh!). Ça peut avoir l’air niaiseux, mais j’ai fait des choix que je n’aurais peut-être pas faits aujourd’hui. Sauf que mon aujourd’hui teinte ma perception de mes choix passés. Je dois accepter que certains choix découlent de ce qui me définissait à ce moment-là de ma vie et que ce n’était pas tous des mauvais choix. J’avais simplement des objectifs différents. 

Ce que je peux aussi en retirer, c’est qu’à l’avenir, je devrais considérer aussi des objectifs à plus long terme. Je peux continuer à profiter du moment présent, tout en ayant un équilibre entre le maintenant et le futur. 

Comme ça, je ne laisse pas mon destin au hasard. Parce que plutôt que d’attendre que les portes se ferment alors que je ne savais même pas que je voulais qu’elles restent ouvertes, je vais me les ouvrir moi-même pour plus tard et ce sera mon choix si, en fin de compte, je les ferme. 

Finalement, je me souhaite d’avoir le courage d’essayer. Parce que tant qu’à regretter, je préfère regretter quelque chose que j’ai fait que quelque chose que je n’ai pas fait. Dans le fond, on ne sait pas ce que la vie nous réserve et c’est ça la beauté de la chose. Une chose est sûre, je ne veux pas avoir l’impression de ne pas avoir pleinement vécu.

Source : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre