Menu

Apprendre à redéfinir le contrôle et le positif

Mi-mars 2019, je suis en vacances. Une petite semaine qui va me faire beaucoup de bien, car les dernières semaines ont été intenses au boulot. Première journée de mes vacances, BAM.

Annonce de l’ampleur de la situation reliée au COVID-19.

Annonce de la fermeture de tous les services non-essentiels.

Annonce de la pandémie en devenir.

BAM.

Et RE-BAM.

La deuxième journée de mes vacances, j’étais déjà de retour au bureau. Travaillant dans le domaine des services sociaux, nous devions discuter des mesures que nous allions mettre en place pour maintenir certains services. Depuis cette réunion, nous sommes en télétravail et le demeurerons au minium jusqu’à la fin mai.

J’habite seule. Dès les premières journées, le confinement m’a rentré dedans! J’ai perdu quelques journées à ne rien faire sur mon divan et à seulement être envahie par la situation. J’attendais qu’on arrête de simplement me dire ce que je ne pouvais plus faire et j’espérais qu’on allait me dire quoi faire avec cette patate chaude dans mes mains. Puis, quelques jours après avoir passé le choc, j’ai compris que ce que je trouvais le plus difficile dans la situation était de ne pas avoir le contrôle sur rien, alors que c’est quelque chose de très sécurisant. Et disons, qu’en temps de pandémie, les possibilités de contrôle se font rares.

Ne plus pouvoir sortir quand on veut.

Ne plus voir nos familles et nos amis(es) quand on veut.

Ne plus se sentir en sécurité en allant simplement marcher ou acheter du lait.

Ne plus…

Puis, à un moment, j’ai arrêté de compter tous les « je ne peux plus » et j’ai décidé de multiplier la liste de tout ce que « je peux faire ». Ça m’a amené à reprendre le contrôle, car au final, j’ai compris que tout ce que je peux contrôler, c’est comment je vois le confinement. Alors, j’ai décidé de dresser une liste de tout le positif que cette période m’a amené :

  • En ayant une routine différente, j’ai plus de temps, je suis moins à la course;
  • Étant moins à la course, je peux prendre plus de temps pour mes proches, donc je Facetime ma famille 1 à 2 fois par semaine;
  • J’ai continué à avoir des soirées avec mes amies, en les voyant sur l’écran. Ce n’est pas pareil, mais on rit toujours autant;
  • On apprend à démontrer notre amour et notre affection différemment aux autres;
  • Ce qui m’a amené à débuter une « chaîne de surprises » avec mes amies. Chacune à tour de rôle, on allait se porter des surprises, des petites douceurs pour mettre du soleil dans nos journées. Tout en respectant les normes, évidemment!
  • N’ayant plus autant de possibilités de hobby, je me suis priorisé;
  • Je me permets de prendre soin de ma santé mentale;
  • J’ai repeint mon appartement à mon goût;
  • J’apprends à ralentir;
  • J’apprends à rectifier ma définition de la « performance »;
  • J’apprends à lâcher prise;
  • J’apprends à gérer mon anxiété d’une façon différente;
  • Je priorise ma santé physique aussi. Malheureusement, elle a été souvent relayée au dernier plan;
  • M’étant laissé un peu plus aller côté alcool et nourriture depuis le début du confinement, je me suis reprise et je cuisine et mange bien. Je bois de l’alcool plus modérément et je remarque l’impact positif sur moi;
  • Je me suis mise doucement au yoga;
  • Je prends de longues marches beaucoup plus régulièrement;
  • Je perds du poids et je me sens plus en forme;
  • Je fais face à mes démons, parce que t’sais, toute seule en appartement, tu as le temps en masse de t’introspecter et d’être confrontée à qui tu es;
  • J’ai aussi appris à connaitre un homme très intéressant, doucement et d’une tout autre façon. Nous nous fréquentions avant la pandémie, mais nous devions trouver le temps de se parler. Nous sommes plus à fleur de peau parfois, plus vulnérable avec la situation actuelle. Pis ça, je trouve ça beau, car on ne peut pas toujours être en mode séduction et se montrer sous son meilleur jour;
  • Je me suis rapproché de certaines personnes qui me font du bien;
  • J’en profite pour cheminer et travailler sur mon développement personnel;
  • J’apprivoise la solitude plus facilement que je ne l’aurais cru et j’en suis fière;
  • Je me permets de ne pas être « parfaite », que mon ménage ne le soit pas non plus et encore moins mes cheveux;
  • Je ne me maquille pratiquement plus ces temps-ci et ma peau n’a pas été aussi belle depuis un bon bout;
  • Mes ongles sont plus en santé que jamais…. Et ça, aucune idée pourquoi, c’est encore un mystère;
  • Etc…

Je pourrais prolonger cette liste encore, mais l’essentiel, pour moi, s’y retrouve. Et pour tout ça, je suis reconnaissante. C’est vrai, qu’en cette période, on a très peu d’options, certes, et il est important de l’accepter. Mais, il faut aussi prendre conscience qu’on a toute la liberté pour rendre ces options totalement merveilleuses.

Tant qu’à avoir été confiné depuis si longtemps, aussi bien que cette période soit profitable en positif, sur tous les plans que tu souhaites.

Pis toi, tu mets quoi dans ta liste ?

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre