Menu

Laisser sa marque à l’ère des réseaux sociaux

Dans la dernière année, j’ai découvert les podcasts et j’en suis rapidement devenue adepte. Après avoir écouté la plupart des podcasts de Jay Du Temple, je suis tombée sur le Sans Filtre Podcast créé par PH Cantin et Dominique Plante. Un des balados qui m’a réellement fait réfléchir est celui avec Cassandra Bouchard comme invitée (pour l’écouter, c’est ici). Une des discussions portait sur l’enjeu de laisser sa marque dans le monde actuel : comment voulons-nous que les autres nous perçoivent, autant présentement qu’à notre mort? Ça m’a donné envie de réfléchir à la façon dont je voyais cela moi aussi, surtout à l’ère des réseaux sociaux, lesquels sont omniprésents dans notre quotidien.

Il serait facile de penser qu’avec les réseaux sociaux, tout le monde peut faire sa marque, que ce soit grâce aux photos et aux vidéos publiés ou au nombre d’abonné.es… Mais j’aime croire que laisser notre marque personnelle sur cette Terre veut dire beaucoup plus que quelques photos ou opinions partagées sur les diverses plateformes. Je ne me mettrai pas la tête dans le sable non plus, car il est clair que les réseaux sociaux peuvent être un vecteur de notre marque personnelle. J’ajouterais, cependant, qu’il y a une plus grande influence venant des millions d’influenceurs qui envahissent notre feed.

Laisser sa marque, c’est d’abord se définir comme personne, comme individu sur cette planète peuplée de milliers d’êtres humains qui sont tous uniques et qui brillent tous à leur manière. C’est la quête de toute une vie de se trouver, de chercher à s’améliorer et d’affronter les nombreux obstacles qui se dressent sur notre chemin, et ce, sans se perdre. De vivre, simplement. Faire de notre mieux est déjà un accomplissement en soi et nous pouvons en être fier.es.

Laisser sa marque, c’est aussi réfléchir à la façon dont nous interagissons avec les autres. Les humains sont des êtres sociaux qui ne peuvent pas complètement exister sans l’autre. Tous les jours, il faut essayer de se décentrer un peu de notre petit nombril pour voir l’impact de nos actions sur autrui. Est-ce que nous leur laissons une marque positive? Est-ce que nous leur donnons le meilleur de nous-mêmes? Respectons-nous nos propres valeurs dans nos interactions quotidiennes? Se respecter et respecter les autres sont de beaux principes qui embellissent notre passage.

Tel que discuté dans le podcast, laisser sa marque est aussi une question environnementale. Comment nous, en tant qu’individus, laissons-nous notre marque sur notre environnement présentement? Quels efforts faisons-nous pour enrayer les problèmes environnementaux, à l’échelle individuelle, ou même collective? Il est impératif de se poser ces questions pour s’assurer, à la fin de la journée, d’avoir au moins eu la pensée, ou d’avoir posé une action concrète pour que notre passage sur la Terre n’ait pas nui à cette dernière.

Laisser sa marque peut également être synonyme d’aider à changer les mentalités que nous considérons désuètes pour le monde d’aujourd’hui et celui de demain. Tous les mouvements sociaux comme le body positivity, les mouvements d’égalité homme et femme, les mouvements pour la liberté d’expression, les mouvements LGBTQ+, et j’en passe, sont des marques qui ont été laissées par des générations avant nous. Ce sont des luttes que nous poursuivons pour laisser cette trace aux générations futures, à notre tour.

Bref, chacun.e aura sa propre idée de la manière de laisser sa marque sur ce monde. C’est génial, car nous sommes tous uniques. Soyons fier.es de qui nous sommes et essayons de toujours faire de notre mieux. Ainsi, la marque laissée par notre passage dans cet univers devrait être positive.

Source (3 photos) : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre