Menu

Lettre à ma petite soeur qui n’aura pas de bal cette année

Salut chou,

On va se le dire : cette année a été toute qu’une aventure! Tu as commencé ta dernière année au secondaire avec joie, comme quelqu’un qui fait un marathon et qui aperçoit enfin la ligne d’arrivée. C’est excitant! L’avenir est plein de promesses. Tu regardes les programmes au Cégep, tu suis tes cours de conduite dans l’espoir d’avoir ton permis à temps pour conduire jusqu’à Québec pour le FEQ, et tu vis tranquillement ta dernière année au secondaire.

Sans prévenir, la pandémie est arrivée et, avec elle, la fin précipitée de ton secondaire.

Tu n’as pas eu le temps de vivre la nostalgie des derniers jours, où tout le monde signe dans les albums de finissants et erre les couloirs en se rappelant que c’est là que X a frenché Y en secondaire 4, ou en criant : « ohhhhh, c’est NOTRE COIN DE CASE (larmes de nostalgie x1000). »

Tu n’as pas vécu le décompte à la High School Musical 2 à la fin de ton dernier cours À VIE du secondaire.

Tu n’as pas regardé tes ami.es, l’émotion dans la gorge, en te disant que tout serait bien différent l’an prochain…

Cerise sur le sundae, les rassemblements sont interdits. Le bal des finissants et la cérémonie de graduation sont annulés ou reportés à une date ultérieure. Tu avais la robe, les ami.es et probablement la voiture pour faire une entrée en star à la soirée. Plusieurs jeunes ont écrit pour dénoncer cela : je t’ai vue partager leur post. Tu as bien fait de te battre pour ces célébrations, car tu le mérites pleinement. Je t’ai vue évoluer tout au long du secondaire, apprendre à te connaître et trouver ta place et ta voix dans ce monde.  Je ne pourrais pas être plus fière de toi.

Je sais que tu ne te sens pas nostalgique de tout ça, tu es forte. Tu te dis que ces célébrations arriveront à un moment, et que c’est correct. Tu as décidé de faire la paix avec ça et tu es restée forte. Tu étais déçue, je le sais, mais jamais tu ne t’es plaint.

Je ne sais pas comment tu as fait pour gérer le tout aussi sereinement; à ta place, j’aurais été en beau @!«!$&/*. C’est peut-être parce que je connais la valeur du moment que vous perdez en raison des circonstances actuelles. Parce que cette expérience scolaire, je l’ai vécue à fond, sans aucun regret. Dans ton cas, tu ne sais pas ce que tu perds, car tu ne l’as jamais vécu. Alors avec tes ami.es, vous réinventez les traditions, vous faites du beau avec une situation laide, et c’est magnifique à voir. Vous restez optimistes, vous allez dire un dernier au revoir à votre école à votre façon et vous vous créez d’autres souvenirs.

Tu me racontais que, depuis le début du déconfinement, tu te promènes dehors avec tes amis, tu essaies de nouvelles places de bubbles tea, et que tu t’es même fait tatouer. Tu vis ta best life, comme tu dis! Tant mieux, c’est parfait, c’est exactement ce que tu dois faire, toi et les autres dans cette situation : faire du beau avec du laid.

L’avenir est parsemé de doutes en ce moment, mais il y a une chose dont je ne doute pas, ma sœur : tu feras de grandes choses. Tu pourras raconter à tes enfants que tu finissais ton secondaire pendant la pandémie « dans ton temps », et même en rire, parce qu’on s’entend que c’est historique c’t’affaire-là! Et peu importe ce qui a à se passer, je serai toujours là pour t’aider, ou juste pour aller chercher des bubbles tea en temps de canicule.

Je t’aime très fort, et shout out à tous les ados du Québec dans cette situation difficile : je vous souhaite d’avoir un bal magnifique, un après-bal dans le fond d’un champ louche et une graduation pleine d’émotions… dès que c’est possible.

Source (3 photos) : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre