Menu

Un jour ou l’autre

Peut-être avez-vous déjà eu cette impression que ce qui est devant vous aujourd’hui ne repassera pas et qu’il faut, sans trop y penser, le saisir le plus rapidement possible. C’est un sentiment qui naît sans doute de ces mouvements effrénés qui rythment et ponctuent notre vie. Il en ressort une sorte de pression de profiter maintenant. Now. Tout ça a le potentiel de créer une lourdeur de devoir impérativement se reposer ou de passer à action. Il faut tout faire pour hier et si, vraiment, ce n’est pas possible, on acceptera, non sans nous passer le commentaire, que le tout soit fait pour aujourd’hui.

Si le cycle du vivant nous enseigne une chose, c’est que la vie n’a rien à voir avec une ligne que l’on voudrait droite et… linéaire. Prenons le pommier qui se gorge de fruits chaque été, malgré les hivers et le froid en apparence interminables. Chaque année, les pommes reviennent. Et c’est un peu comme tout le reste. Tout finit par partir, par passer, pour peut-être justement mieux revenir. Différemment, certes. Le cycle ne signifie pas que tout revient tel quel. Ce n’est ni une promesse ni un gage de similitude. Après tout, les mouvements ne se prédisent pas toujours.

Tout ça pour dire, enfin, que si maintenant, ce n’est pas le bon moment, c’est valide de ne pas le saisir. Ça se représentera un jour ou l’autre. Sous d’autres formes. Des formes sans doute plus adaptées à notre réalité. Ce qu’on appelle « les opportunités » n’est en fait qu’un éventail d’éléments qui apparaissent dans une fenêtre définie. Trop souvent, on a le réflexe de se plier dans tous les sens pour arriver à prendre la forme de la fenêtre d’opportunité. Et c’est dans ces contorsions répétées que l’on développe des maux.

Et si la meilleure chose était de continuer à avancer en attendant la prochaine fenêtre qui, pour une fois, s’adapterait à nous plutôt que l’inverse ? Ce serait une forme d’appel à travailler notre souplesse, mais aussi notre envie et cette pression de saisir ce qui passe tout de suite, maintenant, sans plus attendre. Comme si l’attente était toujours vaine.

Se dire, pour une fois, que si ce n’est pas maintenant, ça pourra être plus tard, à condition de continuer de bouger. Que ce dont on rêve se fera, un jour… ou l’autre.

Source: Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre