Menu

Tu m’aimes, je fuis – Par Amélila Thivierge-Brouard

couple tiennent par la main
Source: Unsplash

Tu sais comme moi que ce n’est probablement qu’une question de temps avant que tu fuies. D’une façon ou d’une autre, tu quitteras cette personne proche de toi comme tu l’as fait plusieurs fois avant. Tu ne le feras probablement pas pour mal faire. Tu partiras tout de même. Ce sera trop pour toi. Tu ne sauras pas quoi répondre à un « je t’aime ». Malgré toi, tu croiras que tu ne mérites pas l’amour qui t’est servi sur un plateau d’argent. Tu te laisseras envahir par ta peur de t’attacher et encore plus par celle d’être rejeté.e. Tu auras peur de te faire briser encore une fois, de souffrir autant que tu as souffert auparavant. Tu feras tout pour ne pas perdre ta liberté si précieuse. Cependant, en récupérant maladroitement ta liberté, tu perdras en contrepartie l’amour. Tu resteras dans cette solitude que tu connais un peu trop bien.

Même si ça peut être dur à entendre, tu fais de ton mieux pour te protéger. Fuir t’a permis de survivre durant des années. Tu es même devenu.e un.e professionnel.le pour te protéger. Ta carapace, qui te rend souvent inaccessible pour les autres, t’a permis de préserver ta vulnérabilité et d’être sûr.e de ne pas être atteint.e dans tes zones sensibles. Fuir dans les difficultés t’a évité bien des situations que tu voyais venir d’avance. En ne t’engageant qu’à moitié, toujours un pied dans la relation et un pied en-dehors pour te laisser la chance d’avoir une porte de sortie, tu t’es protégé.e de la souffrance que les autres auraient pu réveiller.

Au fond, ce n’est pas les autres que tu fuis, c’est ta souffrance.

Que tu le veuilles ou pas, plus tu fuis ta souffrance, plus tu fuis des situations et des personnes pour ne pas accentuer ce que tu ressens. Ce n’est pas nécessairement volontaire, mais ça te fait mal de voir toutes ces personnes qui ne font plus partie de ta vie ou qui ne sont que des relations sans profondeur. Des relations qui te permettent de partir quand tu veux, mais qui ne te procurent aucun amour réellement nourrissant. Te prouvant que tu ne mérites pas d’être aimé.e et que tu n’es pas aimable. Tu ne fais que rejeter constamment l’amour dont tu as tant besoin.

Un jour se présentera peut-être ce moment où tu réaliseras que tu en as assez de cette solitude que tu préserves au nom de la liberté, que tu en as assez de fuir tes problèmes et de n’avoir pratiquement aucune relation importante. Ce jour, tu auras envie d’aimer pour vrai. Tu auras envie de sacrifier un petit bout de ta liberté pour créer l’amour qui te nourrira. À ton rythme, tu ouvriras ton cœur à ceux à qui tu sentiras pouvoir faire confiance. Tu apprendras du même coup à te faire confiance et surtout, tu réaliseras que tu peux être aimé.e en laissant les autres avoir accès à ce qui se cache en dessous de ta carapace. Tu ressentiras de moins en moins le besoin de cette protection. Tu te donneras le droit d’exister avec ces peurs et ces blessures qui font partie de toi. Quand ce sera difficile, ton envie de fuir reviendra comme si elle n’était jamais partie. Malgré tout, plus tu accepteras ton besoin d’amour et ta blessure qui se réveille quand tu te sens rejeté.e, plus tu seras enclin.e à faire des choix qui seront les meilleurs pour toi et non en te laissant guider par ta souffrance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre