Menu

À toi, le parent de mon élève

enfant sur les épaules
Source: Unsplash

Je l’ai déjà écrit, je suis en milieu scolaire depuis quelques années déjà. J’ai travaillé autant au secondaire qu’au primaire. J’en ai vu passer, des parents, de belles familles et des moins belles. Je ne suis pas maman, je suis loin de l’être pour le moment, mais je crois que mon expérience me permet de t’écrire ce texte aujourd’hui. Alors, à toi, le parent de mon élève, qui m’écris parfois parce que tu es désemparé face aux réactions de ton enfant ou que tu ne sais pas trop comment réagir face à ses colères, voici ce que j’avais envie de te dire.

J’aimerais que tu te souviennes que tu as toi aussi été un enfant un jour. Que toi aussi, tu as été dans une belle ou une moins belle famille. Même si ce n’était pas à la même époque, je veux que tu saches que le développement de l’enfant n’a pas changé avec le temps. Le fameux terrible two arrive encore à deux ans aujourd’hui en 2020, même chose pour le fucking four qui nous remet toujours un « NON » en pleine figure avec un petit sourire coquin ou un ton fort qui manque de crédibilité. Tu peux essayer de me faire croire que tu n’as pas été ce genre d’enfant, mais je vais te dire ce que mon enseignante de deuxième année nous répétait quand nous tentions de lui en passer une : « Va dire ça aux pompiers, ils vont t’arroser. » En gros, ça veut dire que je ne te croirais pas !

On a tous des personnalités différentes, c’est vrai, mais je suis certaine que tu as aussi été impressionné lors de ta première journée d’école, que tu te sentais tout petit dans tes pantalons. Peut-être que tu étais cet élève qui ne cessait de parler pour évacuer ton stress, celui qui pleurait par peur que ses parents l’oublient après l’école, celui qui mangeait des bouts de son chandail pour se réconforter ou même celui qui faisait déjà mal aux autres élèves parce qu’il ne savait pas trop comment faire les premiers pas pour se faire des amis.

J’aimerais aussi que tu te souviennes des fois où tu as fait des crises de larmes, celles où tu as essayé de reproduire ce qu’un de tes amis avait fait à l’école pendant la journée sans savoir que ce n’était pas approprié ou encore les premières fois où quelqu’un a ri de toi dans la cour d’école.

Ado, tu as sûrement vécu quelques dilemmes et tu t’es sûrement senti dans le néant à certaines reprises. C’est la période de ta vie ou tu as dû te poser mille et une questions existentielles à ton sens, mais inutiles ou superflues en réalité.

Et là, je suis consciente que je te demande de te replonger dans ton enfance et que tu me répondras peut-être que tu ne sais pas plus quoi faire avec ton enfant quand il manifeste de nouveaux comportements qui ne te plaisent pas. Mais j’ai envie de te dire que tout ce que tu as fait d’inadéquat quand tu étais jeune était relié à un mal-être, à une maladresse, à une peur bien cachée et que tu devais espérer vraiment très fort qu’une personne soit présente pour t’aider à t’en libérer. Un enfant apprendra pendant longtemps à gérer ses émotions et certaines situations. Tu sais, tu le fais sûrement encore toi-même aujourd’hui.

J’espère juste qu’au moment où ton enfant ou ton ado te donnera du fil à retordre, tu pourras t’arrêter un peu et réfléchir à ce que tu aurais fait étant enfant, à quel aurait été ton besoin, ton émotion, comment tu aurais fait pour gérer la situation. Au fond, je ne t’apprendrai rien en te disant que ton enfant n’est pas tombé bien bien loin de l’arbre, mais je ne veux surtout pas que tu oublies qu’il apprend et qu’il s’en passe, des choses, dans son petit cœur.

Alors, assieds-toi près de lui, tends-lui l’oreille, dédramatise les drames, mais crois-le quand il en vit un. Partage avec lui le petit gars, la petite fille, l’ado que tu étais il y a une vingtaine d’années et tu verras que ta tâche sera déjà plus facile, qu’il te remerciera. Pas tout de suite, mais il le fera.

Finalement, à toi, le parent de mon élève, je veux terminer en te disant que parfois, on cherche si loin alors que les réponses sont si proches de nous et que de tenter le coup fait déjà de toi un super bon parent.

Bonne chance,
Mme Carolanne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre