Menu

Sois belle et tais-toi

time's up machine à écrire
Source: Burst

Dans cette période de dénonciation sociale à propos des agressions sexuelles, j’ai envie de crier. Je suis vraiment dégoûtée et découragée par tout ce qui se passe. Je ne suis plus capable de ne pouvoir rien faire et de subir la situation.

En tant que femme, on doit faire attention à tout ce que fait et ce qu’on dit. On doit faire attention à nos paroles, notre sourire, notre regard, nos intonations, à comment on s’habille, comment on danse.

On doit faire attention à qui on donne notre confiance, à qui on se confie. On doit se soucier de notre consommation d’alcool par peur que quelqu’un profite de nous si on est soûle ou inconsciente. On doit protéger notre verre.

On doit appeler une amie ou faire semblant d’être au téléphone quand on marche seule le soir ou la nuit. On doit faire attention à comment on agit au travail pour ne pas lancer de mauvais message. On doit rester super prudente quand on voyage seule. Tant de restrictions qu’on vit sans consentement, mais qu’on suit quand même pour se protéger.

C’est comme se résigner au silence et accepter la situation. Encore une histoire de double standard créé par l’homme, nourri par l’homme et ignoré par l’homme. Je me permets de généraliser dans ce contexte, mais bien entendu, ils ne sont pas les seuls qui participent à cette situation. Ça peut arriver à n’importe quelle femme et à n’importe qui.

On est rendues méfiantes des hommes et des gens. On a peur de ressentir des sentiments forts et de se faire blesser après. On a peur de se faire jouer de nous.

Puis, quand tu es de nature friendly, sociale et chaleureuse, le message que les mauvaises personnes reçoivent, c’est : « Oh, elle est naïve et gentille, ça va être facile ». On ne devrait pas réduire notre personnalité par peur qu’un autre comprenne un mauvais message et en profite.

Ce n’est pas parce qu’elle te touche le bras qu’elle veut coucher avec toi.

Ce n’est pas parce qu’elle te regarde intensément qu’elle veut coucher avec toi.

Ce n’est pas parce qu’elle t’écrit souvent qu’elle est intéressée.

Ce n’est pas parce qu’elle accepte ton verre que c’est dans la poche.

Ce n’est pas parce qu’elle est sociale et ouverte d’esprit que ça devient un all you can eat.

Si la personne est vraiment intéressée, elle te le fera savoir. Elle communiquera avec toi. Si elle est réceptive à tes approches, tant mieux, mais assure-toi toujours que la personne est confortable avec ce qui se passe, peu importe ce qui se passe. Si tu tentes le coup et qu’elle n’est pas intéressée, tu peux lui demander pourquoi, mais faut que tu décroches. Respecte son choix, c’est si important.

La ligne est mince, je sais. Mais on ne devrait même pas avoir à aborder le sujet. Les femmes en particulier, nous devrions vivre avec un sentiment de sécurité, être à l’aise d’être seules dans la rue, ne pas subir les commentaires déplacés et dégradants que tant se permettent. Avoir un respect égal, les mêmes droits, les mêmes salaires, les mêmes conséquences, les mêmes pouvoirs, les mêmes traitements, hommes et femmes.

J’en ai assez — et je ne suis clairement pas seule — de cette société patriarcale. De cette société hypocrite qui nous fait croire que ça change et que nous sommes tous égaux, mais qui n’est pas capable de lâcher la barre et de nous laisser naviguer à notre tour ou tout simplement de nous faire une réelle place qui a la même valeur que celle des hommes.

Je ne suis plus capable de l’attitude de certains hommes et de l’injustice. Du système judiciaire qui traîne à l’arrière depuis beaucoup trop longtemps.

Et attention, ici, je ne mets pas tout le monde ni tous les hommes dans le même bateau. J’ai heureusement la chance d’avoir des hommes merveilleux dans mon entourage, mais j’ai eu aussi la malchance de goûter de nombreuses fois à l’insouciance égoïste d’hommes qui, comme plusieurs, ne voient pas où est le problème.

Chaque humain doit travailler sur sa personne. On doit tous s’améliorer. Si vous voyez des comportements inappropriés, ne vous taisez plus et parlez. Toi qui as des enfants, éduque-les pour que le respect des hommes et des femmes soit de même valeur, apprends-lui comment on traite une femme. Ma grand-mère disait « On ne frappe pas une femme, même pas avec une fleur » et ça se transpose dans toutes les situations.

À toi qui te sens concerné par ce texte, tu ne pourras jamais réparer ces erreurs que tu as faites, mais tu peux changer pour le mieux et faire tes excuses à qui de droit. Travaille sur toi pour devenir une meilleure personne.

Continuons à dénoncer ce qui ne va pas, à nous faire entendre. On n’existe pas juste pour faire beau et être au second plan. Les hommes, vous êtes, dans ce contexte, des privilégiés, car vous ne vivrez probablement pas (du moins, pas autant) ce qu’une femme peut subir de la part de certains hommes. Je vous invite à discuter avec une de vos amies et à écouter ce qu’elle a déjà vécu. Vous n’aurez probablement pas qu’une discussion de 10 minutes.

Je suis fière du mouvement de dénonciation qui a lieu en ce moment. C’est important et essentiel d’en parler maintenant pour qu’un jour ou l’autre, on en parle comme d’un mauvais souvenir. J’ai espoir et on est fortes.

Plein d’amour xxx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre