Menu

J’ai pris des vacances sans mon téléphone

Téléphone intelligent
Source: Photo by Alejandro Morgado on Unsplash

Il y a deux semaines, je suis partie en vacances cinq jours avec ma mère et son conjoint dans le bois et j’ai décidé de ne pas amener mon téléphone (de toute façon, pour les urgences, ils en avaient un). J’ai pris cette décision parce que je souhaitais faire une pause des réseaux sociaux. Je l’avoue, depuis quelque temps, ma consommation de ces plateformes était devenue plutôt catastrophique, j’avais vraiment pris des mauvaises habitudes et je sentais que beaucoup de mon stress passait là-dedans. Je souhaitais donc m’offrir des vacances. Je voulais aussi me donner le défi de m’organiser sans toujours ouvrir mon téléphone pour n’importe quelle raison. Je voulais expérimenter autrement ces moments d’ennui pendant l’après-midi où mon premier réflexe est d’aller chiller sur Instagram ou Facebook. Je voulais n’avoir rien d’autre à faire le soir dans ma petite roulotte que de lire un roman ou d’écrire dans un carnet. Je suis donc partie rejoindre ma mère en Abitibi en laissant mon téléphone dans ma chambre.

Je vous partage 5 réflexions que j’ai eues au fil de mon séjour – qui sont, bien sûr, uniquement issues de l’expérience que j’ai eue.

  1. Un cell, c’est quand même vraiment utile

Je suis dans le métro et je ne peux pas vérifier l’heure du bus que je dois prendre après. Je vais devoir gérer ça en arrivant au terminus. J’arrive chez ma mère la veille au soir et je dois chercher dans le placard un vieux cadran pour pouvoir mettre une alarme pour le lendemain. Ma sœur dit à ma mère qu’elle m’envoie la liste d’épicerie par Messenger et je dois lui demander de me la dicter pour que je la note sur un papier. Bref, je ne m’étais pas rendu compte que mon téléphone me servait au quotidien pour un tas de raisons, en fait. Et que je prenais tout ça pour acquis. (Et on s’entend que je n’ai pas pris beaucoup de photos pendant mon séjour!)

  1. Les temps morts, on remplit ça souvent avec son téléphone

Alors que j’avais la mauvaise habitude d’ouvrir mon téléphone pendant les temps morts dans la journée (juste pour voir, mais finalement, j’y traînais beaucoup plus longtemps que prévu), là, je me suis retrouvée avec beaucoup de moments vides sans rien d’instantané pour les remplir. Assez vite, j’ai senti que j’avais beaucoup plus d’énergie et de volonté pour faire des activités ou bien simplement pour ne rien faire du tout. J’ai pris le temps d’aller marcher avec le chien, j’ai veillé longuement près du feu, j’ai lu près du lac et, plusieurs fois, je me suis juste posée dans une chaise pour relaxer. Finalement, il m’est apparu encore plus fortement que les réseaux sociaux me drainaient énergie et motivation et qu’ils me rendaient un peu vedge.

  1. Être ouverte et présente pour ses proches, ça change la donne

N’ayant rien pour me prendre de l’énergie et me faire scroller passivement, je me suis rendu compte que j’étais beaucoup plus disponible pour les gens autour de moi, que ce soit pour discuter, écouter ou me joindre à des activités de manière spontanée. J’ai jasé sur toutes sortes de sujets pendant les sept heures du trajet à l’aller et au retour, j’ai proposé mon aide pour faire de la teinture de planches de bois, j’ai joué à des jeux de société. J’ai l’impression de vraiment avoir été présente avec ma famille et d’avoir profité au maximum du temps que j’ai passé avec eux, en pleine conscience.

  1. L’habitude, c’est tenace!

Alors que j’ai du mal à me donner des restrictions dans mon quotidien, j’ai remarqué avec surprise que je n’ai pas éprouvé de « manque » des réseaux sociaux et de mon téléphone pendant mon séjour, mais pas pantoute! Une fois l’objet laissé à Montréal, je ne me suis plus posé de questions. L’habitude, c’est donc vraiment ça qui fait que ma consommation est problématique en ce moment. Parce que j’ai l’habitude d’ouvrir mon téléphone quand je l’ai sous la main, quand je m’ennuie, quand je suis dans les transports, avant de me coucher ou en attente d’une amie. Je vérifie mille fois mes notifications. En sachant cela, je vais essayer de modifier des choses dans mon quotidien pour transformer certains de mes comportements.

  1. Prendre des vacances de téléphone de temps en temps, c’est important

Une fois rentrée chez moi, j’ai décidé de… retourner sur les réseaux sociaux. Non, je n’ai pas l’intention d’opérer un changement numérique drastique dans ma vie – même s’il est tentant de le faire lorsqu’on s’aperçoit du bien-être que ça apporte. D’abord, parce que j’ai besoin de ces plateformes pour mon travail, mes études et ma vie sociale. Ensuite, parce que ça me procure des moments de plaisir après mes journées de travail et que ça nourrit ma curiosité. Mais ces quelques jours m’ont définitivement fait un grand bien en plus de m’avoir fait réfléchir à l’effet de ma consommation numérique sur mon caractère, ma disponibilité d’esprit, ma motivation et mon moral. J’ai quand même pris la résolution suivante : m’offrir des moments sans téléphone plus souvent.

Ça te tente d’essayer? Je t’encourage vraiment à le faire. Un petit conseil, cependant, pour que ton expérience se passe le mieux possible et que tes vacances soient exemptes de stress : prépare le terrain. Avertis les gens avec qui tu communiques quotidiennement que tu ne seras pas disponible pendant quelques jours et qu’il est normal que tu ne répondes pas. Laisse un message d’absence sur ta boîte courriel. Avertis ta mère/ton voisin/ta boss, bref, tous ceux et celles qui pourraient s’inquiéter de ton silence. Règle les petits trucs stressants avant ton départ. Finalement, n’hésite pas à annoncer tout haut ton projet à tes proches : ils comprendront mieux et auront plus tendance à respecter ton désir si tu leur partages préalablement. Qui sait, peut-être même qu’ils embarqueront?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre